• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

skirlet

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 1744 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • skirlet 18 juin 2007 19:40

    Oui, les vacances payés, c’est bien smiley Alors qu’ils le mettent sur le site d’Erasmus : nous payons les séjours à un petit pourcentage d’étudiants, et on s’en fout s’ils apprennent quelque chose ou pas. D’ailleurs, le fait que le site officiel d’Erasmus n’a été traduit dans aucune langue en 20 ans montre clairement la volonté d’angliciser l’Europe.

    On sait que la position de l’anglais est dominante grâce aux Etats-Unis. Mais on parle ici de l’Europe ! Alors au niveau européen, comment peut-on justifier la place de l’anglais, sinon, d’un côté, par un besoin de communiquer, et de l’autre - par l’aplatventrisme devant le puissant pays outre-Atlantique ? De plus en plus souvent on dit que l’anglais ne suffit pas ; aucun accord ne l’instaure en tant que LA langue de communication européenne. Pendant que nos enfants s’escriment à étudier l’anglais et autres langues, les petits Britanniques perfectionnent d’autres matières, et certains s’essaient au mandarin (langue jugée plus « économiquement intéressante » ; depuis peu rien ne les oblige d’étudier les langues européennes). Alors pourquoi devons-nous rester soumis et culpabilisés par le fait de ne pas parler anglais comme les natifs ?

    Récemment dans une émission les participants étaient d’accord qu’il n’est pas possible de construire l’Europe sans les Européens. Et il ne s’agit pas d’une petite élite plus mobile ou plus polyglotte que la moyenne ; non, ce sont les Européens ordinaires, monolingues et sédentaires, qui doivent être d’accord pour faire l’Europe ensemble. Il faudrait peut-être réfléchir sur les moyens d’assurer la communication entre les citoyens ordinaires, de diffuser plus largement la culture des voisins (au lieu d’être perfusés par la production étatsunienne), d’ouvrir les esprits, comme on répète tout le temps, sans déplacer les populations et faire voyager tout un chacun. Sinon c’est de la poudre aux yeux.



  • skirlet 18 juin 2007 19:36

    Laissons les langues vivre... si aucune ne les domine. Laissons les gens apprendre les langues qu’ils désirent... sauf que l’anglais est le seul choix dans la majorité d’établissements scolaires et obligatoire dans certaines universités. Difficile de parler de la liberté dans ces conditions.



  • skirlet 8 juin 2007 00:36

    Pas cher Asp, je vois que vous avez toujours cette propension de parler avec aplomb des choses en ayant peu (voire pas du tout) de connaissances dans la matière smiley Pas grave, je vous ferai un petit likbez : non seulement NKVD a cessé d’exister bien avant ma naissance, mais il ne ridiculisait pas les gens... Ce qu’il faisait au juste, je vous laisse découvrir par vous-même, car un petit effort intellectuel ne fait de mal à personne.



  • skirlet 7 juin 2007 17:56

    D’ailleurs dans le film déjà cité (L’auberge espagnole) les étudiants sont venus pour suivre les cours en espagnol, à en juger par les quelques passages. Cependant, dans leur appart ils discutent en anglais... uniquement parce que parmi eux il y a une Anglaise. Cela se comprend, quand on voit la scène où elle est obligée d’aligner quelques mots en espagnol smiley Les pires cancres linguistiques, ce ne sont sûrement pas les Français.



  • skirlet 7 juin 2007 17:53

    « L’utilisation d’une seule langue pour les communications internationales ou dans le domaine des sciences n’a pour but que la communication entre personnes de langue natale differente »

    Il est vrai que le monde a besoin de communiquer. Mais pas de cette façon, quand les naitfs d’une langue se consacrent à la scence, et les autres dépensent le temps et l’argent pour apprendre l’anglais qui n’a rien d’une langue simple... Celui qui impose sa langue impose sa volonté, sa façon d’être, ses procédés et ses lignes de recherche, en retirant un avantage énorme.

    Oui, la dominance de l’anglais n’est pas définitive. D’ailleurs le vent se tourne déjà. Les Etatsuniens embauchent les nounous chinoises pour leurs enfants, les Britanniques renoncent aux langues européennes pour se tourner vers le mandarin essentiellement... Alors pourquoi l’Europe s’accroche-t-elle à l’anglais ? Faudrait être plus visionnaires que ça smiley

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité