• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Üriniglirimirnäglü

Üriniglirimirnäglü

Hein ? Biographie ?...Pourquoi ? Je ne suis pas encore mort !

Tableau de bord

  • Premier article le 16/08/2006
  • Modérateur depuis le 07/01/2009
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 4 133 137
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 10 7 3
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique







Derniers commentaires



  • Üriniglirimirnäglü Üriniglirimirnäglü 31 janvier 2009 12:18

    Il n’y a pas que Machiavel, dans la vie.

    Cincinnatus existe aussi.

    Et puis il y a "com" et com. La "com", c’est tout un art, une technique, un état d’esprit. Ca suppose qu’on y affecte des moyens, qu’on définisse une stratégie.

    Tout le monde ne sait pas naturellement en user à bon escient.

    Je pense que le régime actuel ne peut être surpassé par quelque opposition (interne ou externe) que ce soit que si les leaders s’emparent du pouvoir en mettant la priorité sur la communication. Tout en ayant soin, derrière, de préparer le retour à un autre ordre de priorité, et de le faire savoir trés vite (un peu comme un coup d’Etat militaire mené par une junte qui prévient, dés le départ, qu’elle se retirera pur laisser place à la restauration d’un régime démocratique dés que les conditions d’un tel retour seront réunies et qui fait en sorte de donner les garanties nécessaires pour qu’on croie à sa bonne foi).



  • Üriniglirimirnäglü Üriniglirimirnäglü 31 janvier 2009 05:10

    ... dans votre commentaire, Philbrasov.

    Ou de l’aveuglement.

    Immondice.

    Petitesse.

    Bassesse.

    C’est tellement méprisable....

    Dieu aie pitié de vous (et encore).



  • Üriniglirimirnäglü Üriniglirimirnäglü 31 janvier 2009 04:48

    Ecoutez, cette jeune fille ne pleure pas et elle semble trés mure, mais elle a déjà 13 ans.

    Elle est issue, d’après un article, d’une famille d’agriculteurs aisés.

    Alors je dis qu’il n’y a pas de raison de croire qu’elle ment.

    Dans certaines familles aisées, "nobles", dominantes, régnantes, on inculquait et on inculque encore aux enfants certains principes, dont celui de se dominer et de ne rien laisser paraître de ses émotions.

    Par ailleurs, elle ne dit pas qu’elle vient juste de vivre l’intégralité des massacres dont elle fait état ; elle explique que ces événements tragiques ont eu lieu durant plusieurs jours, au moins trois. Sa déclaration a certainement eu lieu plus de trois jours après le début de cette succession d’horreurs (puisque les soldats n’auraient pas immédiatement autorisé les ONG et les journalistes à intervenir).

    Cette jeune fille est belle et noble et si j’avais vécu à son âge ce qu’elle dit avoir vécu, j’aurais voulu mettre toute mon énergie à témoigner comme elle de l’injustice et de l’ignominie d’une telle situation.

    Si des soldats ont décidé de tuer de sang froid des enfants, est-ce sur ordre ou de leur propre initiative ? Si ce n’est pas sur ordre, alors pour quel motif ? Par plaisir ou par vengeance ? Par désoeuvrement ?

    Si des soldats ont accepté d’exécuter des ordres conduisant à massacrer des civils, est-ce par peur, par patriotisme, par foi ou par conscience professionnelle ?

    Si des officiers ont ordonné l’engagement d’une opération qui entrainerait à coup sur la mort d’innocents, est-ce sur ordre ? Si c’est de leur propre initiative, est-ce par conviction, par volonté de bien faire ou par zèle ?

    etc...

    Une enquête est nécessaire.



  • Üriniglirimirnäglü Üriniglirimirnäglü 31 janvier 2009 02:51

    Bonjour M. Dugué,

    En vous lisant, on vous sent comme ... blessé. L’impression d’être étranger à cette foule de compatriotes que vous avez peut-être l’impression de ne plus comprendre ? Dont vous vous dites qu’ils ont tort de jubiler de s’être comptés si nombreux dehors ? Les pensez-vous majoritaires, ces "excités" descendus dans la rue ou bien estimez-vous qu’il ne s’agit que d’une minorité d’inquiets se trompant de cible et d’analyse ?

    De quoi avez-vous peur, en fait ? Que le gouvernement recule à tort, que la France s’effondre pour un rien, que les élites se convertissent par erreur, que la foule finisse par avoir raison pour de mauvaises raisons ?

    Auriez-vous écrit la même chose si vous n’aviez pas crevé ?

    L’important n’est il pas de garder espoir, quoi qu’il arrive ? Et lorsqu’on vit en société et qu’on souhaite y demeurer, l’important n’est-il pas de garder espoir en ses concitoyens ? Si c’est votre parti, et que vous estimez avoir une vision de la situation sociale, politique et économique plus juste et plus précise que la majorité de vos concitoyens, et que vous jugez utile pour le bien commun que cette vision puisse être largement répandue, vous ne devez pas renoncer à transmettre cette connaissance au plus grand nombre. Faites donc oeuvre de pédagogie, et si le virtuel et l’édition papier vous semblent décidemment par trop fermés à vos idées, cherchez, il y a d’autres voies, bien plus tangibles, tâchez d’être constamment tenace et optimiste, vous irez mieux (là, on dirait presque que vous êtes aigri).

    Le truc surprenant, avec les gens, c’est qu’ils sont tous pareils et tous différents.

    Difficiles à cerner, difficiles à contenter, mais en même temps faciles à comprendre, faciles à satisfaire, pour peu qu’on s’essaie à l’empathie.

    Quel que soit le niveau de conscience, le bagage culturel, l’éducation, l’instruction, le courage, la hardiesse, la noblesse d’âme ou l’ardeur, et mis à part une frange marginale, inévitablement et statistiquement "hors limites" à l’instant "t" où on les considère (mais rien n’est à jamais figé, et la marge de fluctuation est grande lorsqu’on sait trouver les bonnes interactions et, surtout, qu’on a envie de les mettre en oeuvre), les gens ont tous des besoins similaires et pas bien compliqués, il y a comme en mathématiques des "dénominateurs communs", le même besoin de croire et d’espérer, que demain ne sera pas pire qu’hier et tant qu’à faire, meilleur, en priorité pour eux et pour ceux qui leurs sont chers, mais aussi pour ceux qui les entourent, du plus proche et plus semblable au moins visible et moins similaire, avec une intensité décroissant en proportion de cette proximité et de cette similarité, mais variable selon les individus, les groupes, les lieux et les périodes... 

    Optimiste et tenace. Je vous y invite. Car c’est peu être pour notre bien à tous. Une sorte de pitbull tout sourire, en quelque sorte. Allez, ne soyez pas "chien" !
    C’est que c’est quand même diablement important, non, comme enjeu, la vie en collectivité ?



  • Üriniglirimirnäglü Üriniglirimirnäglü 15 janvier 2009 02:05

    J’ai écouté le discours sur la culture de mardi.

    La GRANDE réforme (selon lui) de son quinquennat est réalisée, ça y est, et c’est assurément ... la fin de la pub sur les télés publiques (on croit rêver !). En fait, dans ce cas, c’est bon, il peut donc passer la main la conscience tranquille :)

    En fait de culture, il a plutôt parlé de divertissements.

    Sinon, son attachée de presse est trés bien et gagnera à être connue et reconnue (il y a des fois des boulots alimentaires, que voulez-vous, c’est comme pour la journaliste du Figaro ...)

    Si vous voulez mon avis, c’est par ce genre de face Nord qu’il faut attaquer le problème. Un système qui fonctionne par la com doit pouvoir être abattu par la com. Mais qui veut vraiment jouer les Jean Moulin du XXIème siècle ? Sans doute personne, tant qu’il n’a pas l’impression d’avoir trouvé son De Gaulle ...,

    A bon entendeur...

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité