• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Veilleur de Nuit

 Artiste en vagabondages...

Tableau de bord

  • Premier article le 28/02/2009
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 3 59 48
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique






Derniers commentaires



  • Veilleur de Nuit 5 mars 2009 11:25

    " Nous autres, civilisations, nous savons maintenant que nous sommes mortelles. Nous avions entendu parler de mondes disparus tout entiers, d’empires coulés à pic avec tous leurs hommes et tous leurs engins ; descendus au fond inexplorable des siècles avec leurs dieux et leurs lois, leurs académies et leurs sciences pures et appliquées, avec leurs grammaires, leurs dictionnaires, leurs classiques, leurs romantiques et leurs symbolistes, leurs critiques et les critiques de leurs critiques. Nous savions bien que toute la terre apparente est faite de cendres, que la cendre signifie quelque chose. ... Elam, Ninive, Babylone étaient de beaux noms vagues, et la ruine totale de ces mondes avait aussi peu de signification pour nous que leur existence même. Mais France, Angleterre, Russie... ce seraient aussi de beaux noms. Lusitania aussi est un beau nom. Et nous voyons maintenant que l’abîme de l’histoire est assez grand pour tout le monde. ... Il n’a pas suffi à notre génération d’apprendre par sa propre expérience comment les plus belles choses et les plus antiques, et les plus formidables et les mieux ordonnées sont périssables par accident ; elle a vu, dans l’ordre de la pensée, du sens commun, et du sentiment, se produire des phénomènes extraordinaires, des réalisations brusques de paradoxes, des déceptions brutales de l’évidence. Je n’en citerai qu’un exemple : les grandes vertus des peuples allemands ont engendré plus de maux que l’oisiveté n’a créé de vices. Nous avons vu, de nos yeux vu, le travail consciencieux, l’instruction la plus solide, la discipline et l’application les plus sérieuses, adaptés à d’épouvantables desseins. Tant d’horreurs n’auraient pas été possibles sans tant de vertus. Il a fallu, sans doute, beaucoup de science pour tuer tant d’hommes, dissiper tant de biens, anéantir tant de villes en si peu de temps ; mais il a fallu non moins de qualités morales. Savoir et devoir, vous êtes donc suspects ?
    Paul Valéry, " La crise de l’esprit", Variétés I, Paris, Gallimard, 1924.



  • Veilleur de Nuit 5 mars 2009 10:56


    " Prenons garde d’entrer dans l’avenir à reculons"

    Paul Valery.



  • Veilleur de Nuit 5 mars 2009 10:37

    "J’aurais voulu que la Cinquième Avenue se souvienne des pistes indiennes. J’aurais voulu arriver d’une ville de mineurs, avec les manières rudes et les convictions que m’aurait données un vieil oncle athée, pilier de bistrot et honte de la famille. J’aurais voulu foncer à travers l’Amérique dans un train plombé, le seul homme blanc admis par les nègres à la convention de paix. J’aurais voulu aller aux cocktails-parties avec une mitrailleuse. J’aurais voulu dire à une vieille amie que mes méthodes révoltent qu’on ne fait pas la révolution dans les soirées mondaines, qu’on n’a pas le choix, et voir sa robe du soir en lamé se mouiller à la fourche. J’aurais voulu me battre contre la prise du pouvoir par la Police Secrète, mais de l’intérieur du Parti. J’aurais voulu qu’une vieille dame qui avait perdu ses fils me mentionnat dans ses prières au fond d’une église de torchis, sur la foi de ses fils. J’aurais voulu me signer en entendant des grossièretés. J’aurais voulu qu’on tolérat des vestiges de paganisme, contre l’avis de la Curie, dans le rituel des petis villages. J’aurais voulu trafiquer dans l’immobilier, représentant d’un milliardaire anonyme et sans age."

    Leonard Cohen
    extrait du livre Les perdants Magnifiques



  • Veilleur de Nuit 5 mars 2009 00:38

     Bonsoir Eugenio,

    En fait, j’ai conjugué en Paris les déclinaisons musicales de plusieurs sens, et parmi eux il y a les paris, les jeux d’argent, par Is ( La légendaire ville d’Ys engloutie...), par ris, le ’Paris, à nous deux maintenant’ de tous les Rastignac de la terre,
    Paris, fille aux yeux d’or, est comprise ici telle la figure allégorique de toutes les capitales., (Jadis on ’montait’ de sa campagne à Paris pour travailler ou faire de l’argent),
    du moins les capitales qui réalisent chaque jours de nouvelles mises en scènes politico économiques dignes du meilleur théâtre de l’absurde...

    Espérons, oui !
    Sur les pentes du volcan, une fois l’éruption passée, la renaissance de mille et une fleurs...
    ou encore sur le monument de granit sombre, la caresse vivante de la lumière... 

    http://tintaluz.blogspot.com/

     

     



  • Veilleur de Nuit 4 mars 2009 14:53

    Bonjour Nono Ladette,

    Merci pour ce tour d’horizon explicite des divers effets dévastateurs de la mondialisation d’une crise financière et économique galopante qui risque bien de générer de fortes secousses sociales. Il semblerait qu’il s’agisse d’une crise de civilisation, d’une crise de l’ensemble des Valeurs. Nous abordons actuellement la phase de destruction, il y aura de moins en moins de travail du fait de l’évolution technologique, restera à imaginer le monde de demain, tenant compte notamment de ce bouleversement d’état d’esprit, ce qui présage de sacrées remises en questions d’organisations sociales et de modes de vie au quotidien... 

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité