• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

velosolex

velosolex

alias "bakerstreet", mais j'ai définitivement perdu mon mode d'accés dans ce labyrinthe des mots de passe google. Ca ne fait rien, je garde l'avatar, ce brave snoopy qui représente pour moi l'omega du stoïcisme. Un genre philosophique arrondi en boucle par la pratique de la bicyclette, sur le mode zen : Des montées, des descentes, et les cheveux, ou ce qu'il m'en reste, au vent léger...Dieu me garde des crevaisons !

Tableau de bord

  • Premier article le 03/02/2011
  • Modérateur depuis le 13/02/2013
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 12 2773 193
1 mois 0 5 0
5 jours 0 5 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 49 37 12
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • velosolex velosolex 4 août 19:18

    @Fergus
    Pas vraiment...« Pour définir les étudiants d’origine populaire, un texte des sociologues Michel Euriat et Claude Thélot, publié en 1995, évoque certes les enfants d’ouvriers et d’employés, mais aussi les enfants de paysans et d’artisans commerçants. Et, selon les deux chercheurs, « la proportion (de ces) jeunes d’origine “populaire” dans les quatre grandes écoles retenues (Polytechnique, l’Ecole normale supérieure, HEC et l’Ena) a beaucoup diminué : environ 29 % Différence avec nous : Le simple bac est un facteur d’intégration, et permet l’accès à des concours administratifs de techniciens, et l’école normale d’instituteur s’ouvre après un concours au niveau du BEPC. 

    Un »long« et non une caricature d’article n’y suffirait pas. Mais il est évident que bien d’autres paramètres doivent être pris en compte, pour avoir une vision de la société française de 68. Les qualificatifs »petits cons« étaient monnaie courante à cette époque de »conflit de génération« terme peu employé, voir oublié maintenant, mais oh combien révélateur du climat, et que l’auteur nous ramène en toute innocence, le nez dans le guidon de cette époque. En tout cas cette société est beaucoup moins clivée et bien plus égalitaire qu’elle l’est actuellement. Les différences de salaires sont beaucoup moins profonds qu’aujourd’hui. Il est vrai que la saignée du corps industriel n’a pas encore commencé, et que les ouvriers constituent le gros bloc de la société française, et que le monde paysans est encore important. Bien des membres de notre »élite" actuelle, ont joué de ce facteur d’intégration inédit, qui a commencé après guerre pour commencer à s’éteindre dans les années 80, avec retour des bien nés, et des fils de bourgeois. Mais ne pas croire que l’intégration de cette nouvelle élite donnera toujours une chance à sa progéniture. Braudel montrera qu’il faut plusieurs générations pour qu’un carnet d’adresse soit conséquent. Berrigovoy en étant le révélateur, toujours fustigé par rapport à ses origines.


  • velosolex velosolex 31 juillet 19:37

    @Arthaud
    J’avais lu Braudel à la fin de sa vie, quand il a écrit « l’identité de la france ». Livre de bonheur et d’exaltation écrit par un vieil érudit, au seuil de sa vie. Malheureusement il n’eut que le temps d’écrire les trois premiers tomes, que je projette de lire quand je serait installé bientôt...à Huelgoat, dans le centre Bretagne...

    Je me souviens de lui disant que le chemin de fer avait fait davantage pour l’identité des provinciaux, en temps qu’appartenant à la france, que la révolution de 89....
    Tout est là, la capacité des gouvernements à fédérer le territoire, et à rendre le principe d’égalité, se conjuguant avec celui d’appartenance, et de liberté de circuler.
     Internet propose le même pari, mais n’a pas le même débit fédérateur.....Bien à vous


  • velosolex velosolex 31 juillet 18:37

    @Arthaud
    Je parle de la politique telle qu’elle devrait être, et d’une conception du territoire à l’origine des choix et des actions. L’immobilier en France est une bulle spéculative qui risque de se dégonfler bien plus rapidement que dans sa phase ascendante. Je relisais un numéro de philosophie parlant en 2013 de cette bulle. Il fallait dans les années soixante en moyenne 75 mois de salaire pour s’acheter un bien moyen.....Nous en sommes loin....De fait, la france est le pays au monde où le bien immobilier est le plus cher par rapport au salaire médiant. De l’ordre de 30 %, alors que dans des pays comme les états unis ou le japon ce rapport est inversé, et se situe à 25 et 30% au dessous du salaire médiant. Les pays latins ont un rapport à la terre et au bien qui est source de névrose et d’endettement...Les grecs sont ainsi les plus gros propriétaires fonciers, au contraire des allemands....Cherchez l’erreur...



  • velosolex velosolex 31 juillet 18:23

    Sans vouloir froisser votre susceptibilité, je m’étonne que vous n’étiez pas au courant de cet épisode majeur de la seconde guerre. Ne le prenez pas mal, tout le monde a des carences étonnantes dans un domaine ou dans un autre...Le nord de la france fut beaucoup plus associé aux déconfitures, avant que les boches, comme disait mon père, ne franchissent la ligne maginot. Maintenant la nouvelle génération est à peine au courant de cette guerre, et j’ai lu quelque part qu’une majorité d’étudiants américains pensaient que le conflit mit en opposition états unis et l’ Allemagne alliés contre la Russie et la japon....Il y eut cet excellent film populaire « week end à zuutcote’ en 64, d’Henri verneuil, avec Bebel dans un de ces meilleurs rôles. Sinon autre oeuvre oublié, »allons z’enfants", D’yves Gebeau excellent bouquin antimilitariste, et dont la scène finale se passe à Dunkerque. Un livre qui parle entre autre des enfants de troupe...Mon adjudant, quelque peu déjanté, après avoir vécu cette enfance de bagne militaire, en était resté ébranlé pour la vie. Les gueules cassées ne produisent pas que ces artistes, mais parfois de bons psychotiques, et autres curiosités psychiatriques, survivant aux conflits. Bien à vous

    Week-end À Zuydcoote Bande-annonce VF - AlloCiné  


  • velosolex velosolex 30 juillet 18:34

    La terre est en train de devenir une poubelle, et ce qu’on imagine aujourd’hui valant de l’or au niveau immobilier ne vaudra peut être demain rien du tout, ou si peu. Sans aller jusqu’à une catastrophe nucléaire, toujours possible, la condition de vie des urbains devient parfois dramatique. Il se pourrait bien que les trous du cul du territoire soient demain très investis. Déjà Thoreau il y a plus de cent ans faisait l’apologie de la nature. Tout un courant d’idées est parti de ses points de vue écolos, dans les années 60. Le productivisme et la désertification des services sociaux a néanmoins taillé des croupières à ces arrières pays. C’est de cela que parle Sylvain tesson dans les « chemins noirs » qui décrit cette France des terres oubliés. J’espère que dans ce mouvement de balancier, la mosaïque du territoire, dont parlait Fernand Braudel va de nouveau être investi. Cela suppose un engagement de l’état, de mettre à distance les intérets des aigre fins, qui veulent faire des coups, en se moquant totalement du schéma d’ensemble. Il faut que la politique retrouve son sens, en tant que shéma d’orientation sur le long terme. La richesse, demain, ce sera l’eau, l’air pur, et les arbres. Je ne parle pas des arbres en cordes, mais en bois vivant, et les hommes en hommes, pas en touristes

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès