• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

velosolex

velosolex

alias "bakerstreet", mais j'ai définitivement perdu mon mode d'accés dans ce labyrinthe des mots de passe google. Ca ne fait rien, je garde l'avatar, ce brave snoopy qui représente pour moi l'omega du stoïcisme. Un genre philosophique arrondi en boucle par la pratique de la bicyclette, sur le mode zen : Des montées, des descentes, et les cheveux, ou ce qu'il m'en reste, au vent léger...Dieu me garde des crevaisons !

Tableau de bord

  • Premier article le 03/02/2011
  • Modérateur depuis le 13/02/2013
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 12 2773 193
1 mois 0 5 0
5 jours 0 5 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 49 37 12
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • velosolex velosolex 23 mai 11:44

    @Hervé Hum
    Faut il que le loup soit malin pour survivre. Le loup, ce résistant de l’ombre, mais néanmoins incapable de résister aux lunettes de visée infrarouge, c’est nous. Je parle du loup mais je pourrais parler de tous les autres animaux liés à la biodiversité. Vous parlez de chose indispensable, dans lesquels le loup n’aurait pas sa place. L’homme depuis trop longtemps a établi sa carte du menu du monde, faisant apparaître comme essentiel maintenant les centrales nucléaires, et négligeables les espèces et les branches sur lesquelles il est assis. Tout cela a été tant de fois répété que je me demande s’il n’est pas ridicule de bégayer. Les zones géographiques à préserver, et autres parcs, vous le savez sans doute,, et évidement aussi les zones de montagnes, cassées par les stations, les promoteurs, sont des leurres, des prétextes à faire n’importe quoi ailleurs, des sortes de réserves d’indiens donnant bonne conscience et ayant tellement d’effets pervers que même la vie intra, comme pour les indiens est fausse et tronquée ; des sortes de bande de Gaza. 

    La réalité c’est que nous sommes incapables de contrer le capitalisme avide, en cela je vous rejoint. Nous cherchons juste à nous débrouiller avec notre conscience, en nous foutant des conséquences des choix et des lachetés, prises dans les filets des lobbys. La moitie des espèces animales a disparu depuis un siècle. Les éléphants, les girafes , les gorilles, les rhino, mais aussi les abeilles, tout cela passe à la trappe, se compte maintenant de quelques centaines, au mieux quelques milliers d’individus. Les pécheurs savent qu’à partir d’un certain nombre, les poissons ne se rencontrent plus, dans un océan mortifère...... Le loup n’est qu’un élément de cette hécatombe, curieux en cela qu’il résiste, malgré les coups de hachoirs des autoroutes, et les ponts de bétons tombant sur le paysage. Ouragan a ses intérets liés à sa profession, et ses opinions. Pas vraiment une référence en terme de prise de hauteur. Il s’en défendra en vous taxant de « bobo » et autres crétineries utiles. Pour Hulot, qu’on ne me parle pas de son passé d’animateur, c’est ridicule, et orienté, relevant la volonté manifeste d’abîmer l’image, à toute fin orientée, une technique assez infamante. Je n’en fais pas une Jeanne d’arc. Mais je remarque qu’il a refusé d’adhérer au gouvernement. Jospin en rapport avec le refus qu’on lui avait fait d’arrêter le massacre de cet zone de notre dame des landes, un projet d’un autre age. C’est donc pour moi une bonne nouvelle. Pour le reste, le pire n’est jamais certain, même s’il est envisageable. 


  • velosolex velosolex 23 mai 11:16

    @Sergio

    Je ne suis pas encore parti, et de toute façon je reviendrai 
    C’est un très beau poème, un de ceux que j’aurais voulu avoir écrit, de ceux que les difficultés et les départs écrivent en nous. C’est ainsi qu’on parvient à extraire l’ersatz de l’émotion et de l’ivresse. Les crises ont cela de bon qu’elles nous ramènent à l’essentiel, et nous remobilisent. Voilà longtemps que je n’ai pas voyagé. Vraiment, je veux dire, avec cet arrachement du migrant, de celui qui brûle ces vaisseaux. L’instant est revenu. D’une façon relative tout de même, car maintenant je ne manque plus d’argent comme autrefois. Mais je mesure tout à coup qu’il m’est plus difficile de rompre avec mes habitudes que je l’avais cru. Je suis précisément dans cette attente, qu’on pourrait parler de « drôle de guerre » ou de "drôle de paix. Je dois aller maintenant ailleurs, avec ma compagne. C’est elle en fait qui a relevé l’ancre, veut relancer le vaisseau pris dans les joncs, dans un bras mort du fleuve. Pendant longtemps plus jeunes nous fumes intermittents du spectacle de ce monde, payés à la tache, faisant les saisons, sur le dos d’une vieille moto, vivant trois mois dans une grotte en Provence par exemple, avant de réintégrer le monde de la mesure.

    Héraclite disait qu’on ne se baigne jamais deux fois         Dans le même courant Le même maillot de bain         Ou quelque chose comme ça…                        Mais a t’on besoin des conseils d’un vieux sage            Mort il y a deux mille ans                          Quand on a les mêmes gouttes d’eau brûlantes sur le corps Et qu’on est dans la grâce du présent offert !

    Finalement sans rien connaître à Matisse 

    Nous étions tombés au bon moment au bon endroit      D’un coup de pinceau magique                    Dans la coupe de fruits, la palette du maître            Et nous posions sans le savoir                     Pendant des heures, comme modèles de circonstances     Dans cette Provence assommée par la lumière      Déliant nos gestes tranquilles et lents               Sans même étudier notre posture dans la glace !


     Ce genre d’événements et de vie vous structure à jamais. D’ouragan, je vous comprend tout à fait. Même si je ne suis pas d’accord avec lui, je sens tout de même un homme de valeur. Les partis, c’est bien beau, mais les emmerdeurs ont parfois les même opinions que nous. Je vous livre cet extrait de poème que j’ai écrit sur mes années perdues, et qui me sont revenus en boucle il y a quelques temps, alors que j’était pris dans les turbulences Le verbe être avait toujours notre préférence sur l’avoir 
     L’avenir avait pour nom le jour d’après
     Et l’on remettait la corvée du dentiste à plus tard
     L’attente ne concernait que la distance infime
     Entre le bruit du tonnerre le jaillissement de l’éclair
     Et celui du tuyau d’échappement ! 
     Par de savants détours nous passions loin des villes Préférant au zip des fermetures éclairs bitumées       Les routes minuscules pleines de nids de poules et de lacets

    Les cartes routières se déchiraient au vent              De trop souvent les ouvrir et de nous glisser dedans Incognito sans billet, inconnus des traversées            Le nom pittoresque des villages nous faisaient rire            Et parfois nous roulions sans casque                Nous moquant de la maréchaussée                      Des conventions de bourgeois                            Et même l’uniforme du facteur nous faisait rire

    Les braves gens nous regardaient d’un air torve          Comme s’ils avaient su que nous n’avions que mépris      Pour leur écran bleu de télé et leur antenne plantée en eux Nous qui n’avions que des sardines pour planter la tente      En espérant trouver un terrain plat pour le soir           Les chiens de ferme nous montraient les dents            C’est depuis ce temps là que je préfère les chats


    Les apparences étaient contre nous                     Mais dans la vie on ne gagne rien à se déguiser en seigneur                                            Sinon d’être pris pour un misérable, par ceux qui ont du cœur !                                            C’est une grâce de ne rien posséder                   C’est ainsi qu’on voit la vérité des gens fermés             S’entourant de verrous et de barbelés               Sursautant au moindre courant d’air                      Au moindre bruit de moteur sur la route                    Se faisant vite une opinion sur vous                Pour le peu que vos cheveux soient trop longs                Et que votre chemise soit déchirée aux coudes !          La gravitation la force centrifuge étaient en nous          Et les cartes à jouer tombaient toujours du bon coté 

                       so long



  • velosolex velosolex 22 mai 22:16

    @ouragan
    Hulot a fait des émissions grand public, c’est un fait. Mais le personnage a comme les montagnes, et nous mêmes, différentes facettes. Vous avez choisi de parler de son passé médiatique, avec évidemment les lois du genre, (sponsoring, etc....)qui n’est tout de même pas celui d’un criminel nazi, ni même semblable, à celui de opportunistes qui peuplent les bancs de l’assemblée, sursautant juste, entre deux mandats, deux lobbys, à une risque de dissolution. De bons gros moutons, et pourtant qui nous tondent la laine sur le dos.

    Il a le mérite de s’être servi de sa réputation médiatique pour franchir deux ou trois barreaux de l’échelle, et servir des engagements écologiques, dénonçant le lobby nucléaire. Y a vraiment pire question marocain. Entre Fillon et Hulot, le pouvoir de séduction et d’honnêteté ne se pose pas... 
     Chacun va trouver dans son sac à malices, le prétexte à noyer les chats qui nous dérangent, et c’est exactement votre exercice. On l’ a compris, vous avez peur des conséquences de son poste à l’écologie.
     C’est ça qui vous fout les glandes, pas le fait qu’il a roulé en Peugeot 103 sans payer l’essence.


  • velosolex velosolex 22 mai 20:48

    @Sergio

    Ces billets ne représentent qu’un erstatz de nos vies, et il est vrai que pas mal de préoccupations en ce moments ne me laissent guère l’opportunité d’aller à la chasse au chasseurs.

     Ma maison est vendue et je vais devoir me mobiliser pour aller voir ailleurs
    Après tout voilà trop longtemps que j’avais envie de changer de décor " la déco me plait m’a dit un acheteur’, je ne vais pas me plaindre, et pourtant une sorte de blues me prend de temps à autre. 
    . Et il est probable qu’après juin je n’ai plus internet, et que je perde de vue la meute. 
    Mais je ne compte pas sur les avions qui ne partiront jamais de notre dame des landes pour changer ma vie. . Les iles sont dans nos têtes, que les bons alizés soient avec vous


  • velosolex velosolex 22 mai 18:19

    @Hervé Hum
    Totalement d’accord avec vous. La vraie question à mille euros est de savoir quel est le lien entre Hulot et le loup. Manfifestement, ce billet bien torve, écrit dans le but de salir une personne estimable et engagé, ayant plus d’une fois refusé un poste ministériel n’est pas un hasard. Je dirais que par là même que c’est la reconnaissance implicite qu’Hulot va déranger les prédateurs, je parle des vrais, pas des loups. Quel dommage qu’on n’est pas eu une Marion maréchale en ministre de l’écologie, qui serait devenu le ministère chasse-nature, avec peut être une chasse aussi à l’émigré. Le loup est un animal sans frontière, qui a l’outrecuidance de s’accrocher à la vie...N’exagérons rien, ils ne sont plus que 300 alors qu’il y a quelques siècles ils étaient des centaines de milliers....300....Même pas un bataillon....A titre de comparaison, on enregistre 500 000 morsures de chiens errants en france. Celà mène parfois à ce genre de choses. 

    Un maire s’apprête à faire abattre les chiens errants de sa commune 
Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès