• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

velosolex

velosolex

alias "bakerstreet" ! .( abandonné car ayant perdu le mot de passe de mon imail qui conditionnait l'accés) Doctorat en échappée belle. Grande pratique de l'art de la fugue pour guidon et selle de vélo, avec cheveux au vent, pour ce qu'il m'en reste. Dieu me garde des crevaisons quand j'ai la tête dans les nuages, et que je monte à l'assaut des belles collines ! 

Tableau de bord

  • Premier article le 03/02/2011
  • Modérateur depuis le 13/02/2013
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 47 9211 1911
1 mois 0 166 0
5 jours 0 23 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 171 116 55
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • velosolex velosolex 14 mai 23:32

    @Daniel PIGNARD
    Maternités fausses, morts faux, décors de théatre.....A mon avis c’est vous qui êtes totalemetn faux, totalement bidon. Un petit soldat de la propagande même pas habile. Car même pour ce boulot il faut une minimum de capacité. 



  • velosolex velosolex 14 mai 14:14

    @Massada
    Libération évoque aussi ces fais. Les Russes sont passé du mode lavage à l’essorrage. Rien de plus logique dans un programme de machine à laver



  • velosolex velosolex 14 mai 13:03

    @Enki
    Snoopy n’est pas un chien. Il est d’ailleurs. Un peu « l’Oblomov » de Gontcharov . Un très bon roman, sur le mode Tchekov. Si Poutine avait l’apragmatisme rêveur d’oblomov, le monde irait mieux
    Je connais assez bien l’histoire Russe, sa culture et ses auteurs que j’apprécie. Ces billets d’humeur ont leur limite. Je ne tiens pas tant que ça à vous mordre les mollets. Je réagis épidermiquement à des ensembles de propos qui finissent par faire sens. L’histoire telle que Poutine la raconte est un mythe pour les enfants des écoles, qui sont d’ailleurs actuellement abreuvés en Russie d’un discours nationaliste et criminel, justifiant un crime en opération de protection de la patrie en danger. C’est immonde. 
    Vous me renvoyez les millions de morts soviétiques à la figure, quand je vous parle de la collusion de staline avec Hitler. Nous avons tous deux raison à deux moments différents de l’histoire. Il y a des moments où « les bons et les méchants » pourtant sont facilement distinguables, de façon évidente. Cela a été le cas avec les nazis, et ceux qui les ont combattu ont pu facilement prendre une posture de héros. L’URSS construisit sa propagande sur ce postulat. Mais cet empire du mensonge et de la manipulation fit autant de morts que le régime nazi. Lisez donc « Vie et destin » de Vassili Grossman, écrit par ce combattant de stalingrad, et qui fit le parallèle entre les deux totalitarisme, le nazi et le soviétique, pour dire qu’ils composaient deux figures du même totalitarisme. 

    « L’affaire Toulaev » de Victor Serge, un ancien aparatchick exilé au mexique, fut un des premiers témoignages de la nature du régime Russe, basé sur la peur de la dégradation, de l’accusation sans objet, laminant ce peuple soviétique dont on a dillué le talent dans la paranoia. 
    Bien des millions de sacrifiés soviétiques, ( et pas que Russes comme Poutine voudrait le faire croire) sont morts dans ce combat. Beaucoup auraient pu être évité si Staline n’avait pas fait ses purges avant guerre, qui décapitèrent le meilleur de cette armée. Toute l’europe permit à l’allemagne de se relever.

    Il me semble que la France, que vous accusez facilement, avait quelques circonstances atténuantes, de pas vouloir remettre le couvert après deux guerres avec l’allemagne, à l’heure où l’URSS s’alliait avec elle, après l’étrange combat qu’elle mena en espagne, liquidant surtout les membres du POUM. Des faits accablants qu’orwell, évoquera dans « Hommage à la catalogne »

    La dernière guerre, vingt ans avant, une paille, avait couté à la France deux milliions de soldats morts, un pays blessé, une économie effondrée, des millions d’orphelin, des gueules cassées sans nombre..... Malgré cela elle resista comme elle put en 40,affligeant de grosses pertes aux nazis, et permettant, aux troupes anglaises de reémbarquer à Dunkerque, et de garder leur armée pour le combat futur.....Lire « l’étrange défaite » de Marcel Bloch est malgré tout bien intéressant. 

    Un dernier livre, ou plutot tous ceux de Vassila Alexievitch, la prix nobel de littérature, une Bielorusse courageuse. Mais je préfère « la fin de l’homme rouge », cet opus formidable qui fait parler des centaines de gens au lendemain de la chute de l’urss. Babouchkas courageuses, Généraux aux bustes chargé de médailles que vous évoquer dans les commémorations...Et qui ne renièrent rien, contrairement à d’autres...margoulins ayant rèussi à se changer en aparatchiks en achetant quelques entreprises d’état en distribuant des billets.

    C’est l’émergence alors de Poutine, monté sur les épaules d’Elsine...Marc Dugain, un bon auteur Français évoque aussi cette époque, et l’affaire du Koursk, dans un très bon livre qu’on penserait écrit par un Russe. « Une exécuton ordinaire »....
    Dans l’affaire du koursk, déjà Poutine ne veut pas être « humilié », et refuse aide et secours d’un pays tiers, possédant un submersible capable de secourir les sous mariniers russes. Ils mourront donc pour une question de principe......
    Extrait : « Le premier réflexe de nos dirigeants a été de faire porter la responsabilité du drame aux étrangers, en prétendant que ce submersible insubmersible ne pouvait avoir été envoyé par le fond que par un missile américain. Puis ils se sont rétractés, les avantages de faire porter le chapeau aux étrangers balayé par l’inconvénient de devoir justifier une absence de riposte, de ne pas avoir atomisé l’agresseur ou même plus. La version la plus neutre consistait alors à expliquer qu’une vieille torpille avait explosé à l’avant du bâtiment. Ils ont répandu cette rumeur avant de savoir quelle était la vraie cause qui peut bien être celle-ci, au final. Mais, dans tous les cas, ils ne voulaient pas être pris à contre-pied par les révélations des survivants. Ces hommes devaient mourir pour que le doute puisse continuer à bénéficier au pouvoir, pour que la vérité ne puisse lui être jetée à la face. Au bout du compte, que sont ces vingt-trois vies, comparées à un secret d’Etat à naître ? Rien. Et cela n’a rien de choquant. Le contraire aurait étonné. Dans un pays où la vie ne vaut rien, où la mort a longtemps été une délivrance, peut-on concevoir qu’on échange des siècles d’exercice du pouvoir dans le secret contre les vingt-trois vies d’hommes qui ont choisi le métier des armes ? Le contraire aurait été à lui seul une révolution. Et de révolution, dans ce pays, nous n’en avons jamais eu. »



  • velosolex velosolex 14 mai 12:06

    @Bernard Grua
    On en revient à cette notion d’humiliation qui n’a pas sa place dans un tel débat. On ne s’est guère soucié de ne pas humilier les nazis au procés de nuremberg. La Russie paye le compte de toute une paranoïa victimaire, où elle s’est mise elle même au banc des nations, en tentant de restaurer l’URSS. Ce qui est certain, c’’est que le but de Poutine était bien d’humilier les Ukrainiens, et même de les casser de la pire manière, comme on le voit dans sa stratégie guerrière.
    Poutine a fait une erreur historique mais a multiplié les crimes de guerre, et pas de façon aveugle. Les viols par milliers, les bombardements d’abris, tel celui de Marioupol, et ses 600 victimes enfouis sous le théatre n’ont pas de précédents depuis la dernière guerre. La Russie s’est mise au banc des nations, et s’est coupé pour des générations de l’histoire commune qu’elle avait avec l’ukraine. Là où il était possible de construire une harmonie culturelle, ils ont choisi la hache, ne se rendant pas compte qu’ils s’amputaient eux mêmes. Parler d’empécher « L’humiliation » dans de telles circonstances, c’est comme un criminel qui refuserait qu’on évoque ses crimes, et la peine qui va avec. 



  • velosolex velosolex 14 mai 11:51

    @Bernard Grua
    Tout fait systémie
    Les deux phénomènes sont de même nature. Certains voient le danger dans la défense contre l’épidémie ou celle de l’agression Russe, inversant les dangers. Les conduites irrationnelles se potentialisent, et convergent vers des doxas sectaires, où les même gens se regroupent, illuminés par leurs visions, se prenant pour des « éveillés », maniant les sophimes, imperméables à la raison et à la critque.  
    Des phénomènes anciens, qu’on voyait à l’époque des grandes épidémies, quand la parole des gouvernants était affaiblie, et que les agitateurs de toutes espèces récupéraient déjà les théories du complot. https://bit.ly/39nSVXe
    Les progrés de la science avaient éteint ces courants et dérives mafieuses, dirigées par des psychopathes ou des gourous, tels celle des anabaptistes qui s’emparèrent de la ville de Munster. Nouveaux élus ressemblant étrangement à ceux de Daesh, polygames, et assassins, se faisant précepteurs de « la vraie foi ».
    L’état et sa parole, sa légitimité semblent être les cibles à abattre à travers ces prétextes, utililsés comme des leurres pour rassembler. Ces débats, pour cela ont leurs limites, et nous le savons. Ils ne s’adressent qu’à ceux qui restent dans la raison. Il y a fort à craindre que ses théories aberrantes, qui sapent les démocraties, à l’image de ce qui s’est passé aux USA avec Q anon soient de plus en plus fécondes et dangereuses, à l’heure du grand réchauffement, qui s’en prend aussi aux esprits. 

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité