• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

VICTOR Ayoli

VICTOR Ayoli

Gaulois sans filtre,  homme des tavernes et de bonne volupté, épicurien convaincu nourri à la tétée d'octobre.
Accessoirement reporter de guerre au Viet-Nam, cuisinier à Bangkok, hippy à Goa, bûcheron dans les Pyrénées, plongeur sous-marin à Marseille, acheteur de peaux en Turquie, de pierres précieuses en Afghanistan, directeur de presse en Provence, etc.
Surtout fainéant robuste...
 
 
 

Tableau de bord

  • Premier article le 06/09/2014
  • Modérateur depuis le 20/09/2014
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 475 611 19933
1 mois 7 11 763
5 jours 1 1 89
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 196 179 17
1 mois 5 5 0
5 jours 1 1 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • VICTOR Ayoli Victor 1er octobre 2014 11:55

    Cette veuve, fort joyeuse, est une grande bienfaitrice de l’humanité mâle !



  • VICTOR Ayoli Victor 20 septembre 2014 19:46

    L’Humain est devenu kon (j’écris avec un « k » pour ne pas confondre le mot qui définit les abrutis avec l’entrée du paradis de nos belles compagnes) il y a très longtemps : au passage du paléolithique supérieur au néolithique. Cela s’est produit à l’occasion d’un changement climatique, la fin de la glaciation de Wurst.

    Quelque par en Mésopotamie, une femme, a jeté une poignée d’épautre et...ça a poussé ! Elle a donc inventé l’agriculture..
    .
    Son mec a récupéré les petits d’une femelle mouflon et...l’a élevé ! Il a inventé l’élevage...

    Alors, pour protéger leurs ’« biens » de leurs copains, ils ont construit des enclos, des barrières. Il ont donc inventé le travail (brrr !), la propriété privée. Et donc fatalement les flics, les juges, les curés évidemment, les frontières, les religions, les guerres...

    Devenu sédentaire, il a commencé à « lapiner »...jusqu’au 7 milliards actuels et plus si affinité.

    L’Humain, devenu KON, était dès lors prêts pour entamer sa terrible chute vers le « progrès »...



  • VICTOR Ayoli Victor 10 septembre 2014 13:06

    Affectivement, je verrais avec plaisir l’Écosse mettre un coup de pied au cul à cette Angleterre qui mérite bien son qualificatif de « perfide ».

    Ce billet n’a pas pour finalité de trancher pour ou contre l’indépendance de l’Écosse, mais bien d’ouvrir une réflexion sur les risques de contagion et donc d’atomisation des nations européennes sur un mode clanique, avec la création de petits États repliés chacun sur son pré carré, avec l’égoïsme comme gouvernail en matière économique. Et avec pour conséquence une plus grande vulnérabilité vis-à-vis d’institutions européennes non démocratiques à la remorque des USA.

    Maintenant, si les Écossais votent pour leur indépendance, tant mieux, mais, comme dit K242, la « perfide Albion » fera en sorte de gagner sur le fil, en utilisant toutes les embrouilles possibles !

    Comme au rugby, quoi !



  • VICTOR Ayoli Victor 7 septembre 2014 13:43

    La Boétie, à 20 berges ou moins, a écrit sur « la servitude volontaire ». Nous y sommes...



  • VICTOR Ayoli Victor 6 septembre 2014 14:11

     

    Á plat ventre devant Barrack Blackbush, à plat ventre devant Bismarkel, notre président risque d’avoir à se redresser pour endosser son uniforme de chef de guerre... Contre l’armée russe ! Excusez du peu...

     

    En effet, il y a en France 400 soldats de l’armée russe : ce sont les 400 marins qui, depuis plusieurs semaines, prennent possession, s’entraînent, apprennent à faire fonctionner et à maîtriser le navire Vladivostock. Ces militaires sont nos hôtes mais peut-on oublier qu’ils sont directement aux ordres du Kremlin ?

     

    Poutine est un redoutable joueur d’échec qui sait qu’il a un cavalier bien planqué, à un coup de mettre échec et mat le roi adverse, plutôt adepte du jeu de dames !

     

    Imaginons donc que Poutine donne l’ordre à ses marins d’appareiller avec ce navire qu’ils ont payé, qui est donc le leur et dont ils peuvent user et abuser comme bon leur semble. Imaginons que pour donner tout le poids nécessaire à cet ordre d’appareiller, on voit émerger, dans la baie de Saint-Nazaire, un, deux, voire trois sous-marins nucléaires russes. Que fera notre redoutable chef de guerre ? Á la tête du pédalo-amiral de la flotte des pédalos de la base de Brest, il viendra s’opposer aux Russes ? Eh ! Oh ! Ça va pas la tête ? Autrement dit il fera ce qu’il sait le mieux faire : se mettre à plat ventre et accepter, traînant la France dans la boue de son incompétence et de sa veulerie... Une humiliation dont il ne se relèvera jamais, et le pays avec lui.

     

    Tout ça pour n’avoir pas le cran de se désolidariser des manœuvres belliqueuses des USA et de leur caniche britannique à travers l’Otan, machine de guerre n’ayant plus d’autre utilité – puisque le Pacte de Varsovie a été dissous – que de servir exclusivement les intérêts de la finance et des multinationales yankees dans leur volonté d’hégémonie mondiale et de pillage de la planète.

     

    En fait, il n’existe aucune menace pour l’Europe de la part de la Russie. La Russie n’est pas notre ennemi ! Or, la politique poursuivie par les États-Unis et leurs alliés-vassaux vise à créer l’impression d’une telle menace. L’aménagement de bases de l’OTAN, l’accroissement de son infrastructure a pour but de renforcer l’influence de l’Alliance atlantique en Europe, de contraindre les pays membres à consentir des dépenses supplémentaires pour entretenir les troupes et semer l’inquiétude parmi les alliés. Il serait peut-être temps de prendre conscience de ces réalités et de les regarder en face.

     

    Les Français et les Allemands vont-ils enfin comprendre que les Etazuniens les mènent au chaos ? Si un pays sortait de l’Otan, la coalition se lézarderait sérieusement, personne en Europe n’ayant intérêt à un conflit armé avec la Russie. Ce pays ne peut-être que la France. De Gaulle l’avait bien compris, mais le déplorable Sarko s’est allègrement torché l’oigne avec l’héritage gaulliste et la France se trouve embringuée derrière toutes les folies étazuniennes, pays devenu fou par le pouvoir absolu qu’il prétend s’arroger sur la planète.

     

    L’intérêt de la France, jeté hors des centres décisionnels de l’Europe par une Allemagne redevenue aussi arrogante qu’hégémonique, n’est-il pas de sortir de cette alliance nuisible et de se rapprocher sérieusement de la Russie ? L’Allemagne, coincée entre la France et la Russie, puissances économiques conséquentes, puissances militaires nucléaires, membres du Conseil de sécurité de l’Onu, comprendrait vite où est son intérêt. Et se constituerait un axe France, Allemagne, Russie capable de faire revenir à la raison les fous de Washington et leurs vassaux de Londres.

     

    Ouais mais c’est pas politiquement correct ça, coco !


    Victorayoli

    Illustration : merci à Chaunu

     

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès