• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Vincent Verschoore

Vincent Verschoore

Blogueur intéressé par (presque) tout mais expert en rien. Cursus technique et commercial. Photographe. Sujets de prédilection : les économies locales, la physique et la cosmologie, le désenfumage politique et médiatique, l'éducation non formelle. 

Tableau de bord

  • Premier article le 24/10/2008
  • Modérateur depuis le 29/09/2010
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 183 764 5523
1 mois 1 5 17
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 186 127 59
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Vincent Verschoore VincentV 27 mai 2008 15:33

    Pour les Noirs, Obama est un blanc... Et pour les métis il est un... métis. Les blancs qui se veulent politiquement corrects diront qu’Obama est un "homme de couleur", ce qui pour les Noirs est une insulte car le fait "d’avoir de la couleur" est le signe de la honte (du moins dans certaines cultures africaines, je ne sais pas si les Noirs US le voient ainsi mais je ne jamais entendu un Noir ou un métis s’auto-décrire comme étant un homme de couleur).



  • Vincent Verschoore VincentV 27 mai 2008 15:19

    Si la gendarmerie s’en tenait à la traque des délinquants avérés, des bandits et autres mafieux comfortablement installés aux bars des grands hotels je pourrais comprendre que son statut particulier présente quelques avantages objectifs (niveau d’entrainement, équipement, disponibilité et capacité de déploiement rapide, traitement égalitaire des affaires sur l’ensemble du territoire), mais que voit-on ? Des gendarmes occupés à radariser et verbaliser la population juste pour le fric et les statistiques, des gendarmes acceptant les missions anti-républicaines du ministère Hortefeux, des gendarmes mettant en garde à vue des gens qui contestent pacifiquement leurs actes (voir les histoires sur RESF lors d’expulsions violentes), et qui de manière générale considèrent le citoyen comme une grosse merde sans aucun droit face à leur arrogante toute-puissance (chose généralement confirmée par la "Justice", alors pourquoi changer...). Donc de ce point de vue difficile de défendre cette institution. Mais tout cela n’est il pas académique, car ce n’est pas l’institution en soi qui pose problème, c’est les hommes (et les femmes, n’est-ce-pas MAM) qui la composent et la dirigent.



  • Vincent Verschoore VincentV 23 mai 2008 11:43

     

    Comment contrer cette justice de vendus et de pleutres avec la moralité d’une déjection canine ? Ca semble bien blindé de l’intérieur (voir comment se termine l’affaire Outreau, finalement c’est le procureur, lui tout seul, qui est mis sur la sellette, alors que c’est tout le système qui est coupable, à commencer par les juges). Si je pouvais, je proposerais la mise en place de jury populaires, souverains, saisis par tout citoyen témoin d’une injustice flagrante (injustice au sens moral, humain) perpétrée par le système judiciaire. On ne peut plus laisser les juges décider seul de choses aussi graves, ils n’ont ni l’intégrité ni la compétence nécessaire. L’autre solution serait de mettre la justice directement sous le contrôle du Parlement (et pas de l’exécutif, bien sur) car ceci permettrai aux citoyens de contrer les décisions iniques des juges via la voie parlementaire, in fine par le vote de leur députés.



  • Vincent Verschoore VincentV 21 mai 2008 16:06

    Tant qu’on ne trouve rien et qu’on maintien le sentiment de peur de la population, la pompe a fric tourne à plein régime et personne, dans le monde de la recherche VIH, n’a intérêt à ce que cela cesse ! Le VIH, ou du moins le lien SIDA-VIH, c’est l’arnaque du siècle - enfin, du siècle dernier pour être précis, mais ca dure, ca dure... Il y a trois caégories de victimes du VIH :

    1) les gens en bonne santé qui se retrouvent identifiés séropositifs, et qui mettent leur vie en l’air avec des trithérapies (pour les riches) ou de l’AZT (pire, pour les autres) ;

    2) les gens qui ont effectivement un SIDA (c’est -à-dire une déficience de leur système immunitaire) pour des raisons connues ou pas, et qui sont identifiés séropositifs, donc à qui ont fait aussi avaler ces poduits ce qui a pour probable conséquence d’acclérer leur déchéance.

    3) les gens qui souffrent de vrais maladies pour lesquelles la recherche n’est pas assez développée, car tout le fric part dans le VIH.

    Enfin bon c’est un vieux débat, il existe une littérature énorme démontrant l’improbabilité du VIH cause du SIDA, une encore plus énorme litterature pro-VIH dans laquelle on ne trouve nul part un VIH isolé et reproductible en labo (critère de base pour détermner si la bête existe ou pas). Alors bien sur les pro-VIH inventent toutes sortes de raisons, genre l’extrême taux de mutation du virus...On sent bien que les ’chercheurs’ s’accrochent aux branches car ne rien trouver pendant 25 ans ca devient un brin génant, alors on invente des individus naturellement résistants, on essaie de faire la jonction avec d’autres maladies vaccinables genre rougeole, on revient sur la notion d’identité même du virus, on noie le poisson dans un langage d’une complexité abracadabrante, bref tout et n’importe quoi pour tenter de sauver la face tout en continuant a actionner la pompe à fric.



  • Vincent Verschoore VincentV 14 avril 2008 14:38

    Chomsky et le 11 septembre, c’est un peu comme Einstein et la physique quantique : on a beau être le top du top intellectuel dans sa matière, il y a des concepts qui restent tout simplement incompatibles avec le monde mental que l’on s’est constitué. Einstein ne pouvait accpeter la chose quantique, malgrè sa démonstration scientifique, car cette notion heurtait trop fondamentalement sa perception classque, déterministe du monde (Dieu ne joue pas aux dès). Chomsky , lui, est tellement convaincu de l’incapacité fondamentale d’un gouvernement US à planifier et mener à bien une opération aussi secrète et risquée (politiquement parlant) sur son propre sol qu’il en nie la possibilité même, faisant au passage appel à des "preuves" tout aussi ineptes que les dès de Einstein. Les grands esprits ont aussi leurs blocages, c’est un fait, et ca a l’immense avantage de nous rappeller qu’ils sont humains, avant d’êtres géniaux.

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès