• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Vincent Verschoore

Vincent Verschoore

Blogueur intéressé par (presque) tout mais expert en rien. Cursus technique et commercial. Photographe. Sujets de prédilection : les économies locales, la physique et la cosmologie, le désenfumage politique et médiatique, l'éducation non formelle. 

Tableau de bord

  • Premier article le 24/10/2008
  • Modérateur depuis le 29/09/2010
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 183 763 5497
1 mois 1 4 15
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 186 127 59
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Vincent Verschoore VincentV 4 avril 2008 12:41

    Salut Thomthom,

    Immobilier moins cher en Belgique et Allemagne ? Par rapport à Paris intra muros peut être, mais pour le reste...en tout cas ce que me disent mes amis allemands à ce sujet ne confirme pas votre thèse. Les crédits à 30 ans existent en Allemagne depuis bien avant leur arrivée en France par exemple. Mais, de nouveau, il faudrait comparer des choses comparables pour être tout à fait objectif.

    Si les banques refusent plus de dossiers, vous pouvez parier que se sont les dossiers les plus risqués, c’est à dire pour lequels le montant de l’emprunt est le plus élevé par rapport à la capacité de remboursement du demandeur. En d’autres termes, les gens les moins aisés sont ceux qui subissent le plus de refus. Et comme se sont les gens les moins aisés qui tendent à tirer les prix vers le bas (ou du moins, ralentir leur envolée), si ces gens ont moins accès au marché immobilier du fait des banques je ne vois pas pourquoi les prix baisseraient, au contraire, ca deviendrait encore plus un marché de riches, tendant à faire monter les prix. Sur le principe, si tout le monde avait accès au crédit, le prix du marché représenterait réellement la valeur des biens. Mais ce n’est pas le cas, le prix du marché est fait par la partie la plus aisée de la population (dont pas mal d’étrangers assez fortunés qui achètent, au prix fort, des résidences secondaires en France), ce qui lui confère cette tendance haussière.



  • Vincent Verschoore VincentV 4 avril 2008 12:24

    Salut Parkway,

    Les prix de l’immobilier sont fonction des transactions qui peuvent se faire, par définition. Sinon personne n’achète, et il n’y a plus de marché. Si les gens ne peuvent plus réaliser les transactions demandées, alors forcément les prix baissent jusqu’a ce que les gens puissent effectivement payer. Mais pour être précis il faudrait d’une part séparer Paris / IDF de la province, et ensuite ségmenter les catégories d’acheteurs, car on ne peut pas vraiment mettre dans le même sac le retraité allemand qui met tout son pognon dans une maison provençale et le smicard français qui cherche à loger sa famille, ce sont deux marchés très différents et faire l’amalgame statistique des deux n’a guère de sens.

    Pour ce qui est des banques, pas de risque de ce côté (voyez la SG, une perte énorme qui pourtant n’a aucun effet sur l’économie réelle). La crise des subprimes n’a pas, ou très peu, de répercussions sur le marché bancaire français. Si les banques décident de prêter moins, c’est qu’elles essaient de faire remonter les taux d’une part, de diminuer encore le tout petit risque qu’elles prennent encore d’autre part, bref d’augmenter leur rentabilité. Si vous ne pouvez vous payer une maison, achetez au moins des actions de votre banque, comme cela vous ne serez pas perdant sur toute la ligne (ok ok, je rigole...).



  • Vincent Verschoore VincentV 4 avril 2008 10:16

    L’une des raisons m’ayant poussé à quitter la Belgique, voici quelques années, était un ras-le-bol de ces histoires communautaristes belges. J’y avais néanmoins de bons contacts des deux côtés (trois côtés si on compte Bruxelles) malgrè un flamand assez hésitant, car la lingua franca de fait pour les gens de moins de 40 ans est l’anglais : le Flamand d’aujourd’hui rechigne a apprendre le Français sauf s’il aime aller en France, et le francophone belge n’a jamais été très motivé pour apprendre le néerlandais (quoi qu’en fait énormément de francophones le parlent, essentiellement pour raisons professionelles). Par contre tout le monde (enfin, presque) apprend l’anglais, c’est une langue neutre qui n’a pas de couleur communautaire, donc je propose que la langue nationale belge soit l’anglais. Tout comme le breton ou l’occitant vivent à côté du français langue nationale, le flamand et le français pourraient vivre en Belgique avec un statut de langue régionale, à côté de l’anglais langue nationale. Mais bon, ca ne marchera jamais, trop simple.



  • Vincent Verschoore VincentV 4 avril 2008 09:47

    Mais qu’est ce qui peut bien motiver NS a s’engager plus avant dans la galère Afghane ? Si cela se passe bien on en parlera guère, si ca se passe mal (ce qui ne manquera pas d’arriver) c’est lui qui en fera les frais politiques. Pense t’il vraiment que mille bonshommes en plus changeront quoi que se soit à cette situation, alors qu’il en faudrait 100 000 de plus pour réellement venir à bout des Talibans, contrôler le pays et contrer la corruption du régime de Kaboul ? A mon avis, il a du subir des pressions des autres membres de la coalition, notamment mais pas seulement ses copains Brown & Bush, pour que la France mouille un peu plus sa chemise dans ce bourbier.
    Si au moins ce petit bataillon pouvait être recruté au sein de nos meilleurs gendarmes-chasseurs d’enfants, sous le commandement du Général Brice Hortefeuavolonté, au moins ca nous ferait de l’air. Et avec un peu de chance les Talibans tomberaient comme des mouches - morts de rire.



  • Vincent Verschoore VincentV 3 avril 2008 13:30

    La bulle immobilière en France ne risque pas d’éclater, car d’une part le rapport prix/revenu de l’immobilier français n’est pas excessif en comparaison avec les pays voisins, et d’autre part il est tellement difficile d’obtenir un prêt que ceux qui sont consentis sont relativement surs, très peu de risque pour les banques. Plutôt que de baisser artificiellement les loyers, il vaudrait mieux augmenter le pouvoir d’achat....

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès