• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Vincent Verschoore

Vincent Verschoore

Blogueur intéressé par (presque) tout mais expert en rien. Cursus technique et commercial. Photographe. Sujets de prédilection : les économies locales, la physique et la cosmologie, le désenfumage politique et médiatique, l'éducation non formelle. 

Tableau de bord

  • Premier article le 24/10/2008
  • Modérateur depuis le 29/09/2010
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 181 759 5491
1 mois 1 1 51
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 186 127 59
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Vincent Verschoore VincentV 18 janvier 2008 11:47

    Très bien ce débat.

    Dans un monde fini une croissance infinie n’a pas de sens, donc effectivement la disparition de la croissance semblerait inéluctable. Sauf que le monde n’est pas réellement fini, c’est à dire que le domaine des services n’est pas assujeti à la consomation de ressources finies, et c’est la-dessus que se base une grosse partie de l’espérance de croissance occidentale. Ici, à l’inverse de la Chine par exemple, on ne peut plus espérer faire progresser (en termes strictement économiques) le niveau de vie en sur base de la transformation de ressources naturelles, mais si on veut par exemple continuer à payer les retraites (toujours moins de travailleurs qui financent toujours plus de retraités, donc il faut que les travailleurs soient plus productifs pour compenser) et résorber le chômage (en donnant à la population un pouvoir d’achat plus important et donc une demande suffisante pour remettre tout le monde au boulot), il faut bien faire quelque chose, mais quoi ?

    Comme l’on dit d’autres intervenants, la France s’auto-censure assez brillament avec

    - un marché du travail trop rigide (ceux qui sont "dedans" bossent comme des dingues et ceux sui sont "dehors" n’arrivent pas a entrer),

    - le développement d’un actionnariat "boursicoteur" court-termiste qui valorise le gain immédiat mettant ainsi en péril l’ensemble du tissus industriel (manque d’investissement, perte de savoir-faire à cause de licenciements boursiers, gestion financière plutôt qu’industrielle),

    - l’inexistance d’un noyau dur de grosses PME qui assurent le développement industriel par une gestion long-terme, à l’abri des inepties boursières ou des frasques de patrons issus de la nomenclatura (énarques, hauts fonctionnaires) qui s’amusent à la tête de grands groupes dans une perspective d’enrichissement personnel au dépends de l’outil

    - un contexte administratif et fiscal très lourd, j’ai lu quelque part qu’il y a en France plus de contrôleurs et d’inspecteurs que d’entrepreneurs...

    Il me semble qu’adresser ces différents points (liste non exhaustive, sûrement..) permettrait de renouer avec une vitalité économique qui augmenterait le revenu global de la population, augmentant à son tour la demande intérieure pour des produits plus "haut de gamme" et des services, mettant ainsi plus de gens au travail, bref un cercle vertueux.

    On a aussi parlé du prix de l’immobilier, certes un facteur mais ce n’est pas vraiment un problème : il suffit de construire plus de logements, en France il y a encore largement la place, et si le marché se détend les prix (hors immobilier spéculatif) n’auront plus de raison d’augmenter. Comparez avec l’immobilier dans des pays à forte densité de population comme les Pays-Bas ou l’Angleterre, c’est encore nettement plus cher !

    Pour finir, je dirai qu’un poids énorme qui pèse sur le pays (et pas seulement la France) est le remboursement des dettes publiques, et qu’il y a là aussi une solution simple et drastique : refuser la notion même de l’intérêt sur des prêts d’Etat. C’est cohérent, car cet argent étant créé ex nihio (il n’y a rien "en face"), la notion d’intéret n’a pas lieu d’exister.



  • Vincent Verschoore VincentV 14 janvier 2008 16:12

    Voilà un sujet fort intéressant pour un non Français comme moi, qui ai découvert le mille feuille administratif français en arrivant ici, mais rassurez-vous il existe des mille-feuilles ailleurs aussi. Néanmoins il est un fait que commune, comunauté de communes (CC), pays (c’est le petit dernier), département, région.... et toutes leurs déclinaisons administratives, ca fait beaucoup - trop. A mon avis la commune joue un vrai rôle au niveau lien social, la CC un vrai rôle d’optimisation des moyens sur une zone élargie, le pays je ne vois pas du tout l’intéret, le département semble surtout fait pour assoir le pouvoir des conseillers généraux et préfets locaux donc pas vraiment utile, par contre la région semble être un échelon utile et représentatif.

    De toute façon, vu que les préfets de région vont avoir autorité sur les preféts départementaux, la voie est ouverte pour que le département ne devienne qu’un sous-ensemble d’une région, sans autonomie réelle, donc sans conseiller général ni tout ce qui va avec. En contrepartie, il faut plus de démocratie directe au niveau régional, avec une assemblée des CC garantissant une représentattion correcte de l’ensemble de la population.

    En ce qui concerne l’immigration, étant moi-même immigré (ok, de l’UE, mais immigré quand même), il est plus qu’évident que la poilitque actuelle, outre le fait d’être humainement inacceptable (et je suis très poli..), est complètement stupide : la France a besoin de travailleurs, alors autant garder et eduquer ceux qui sont ici et qui essaient de s’en sortir, plutôt que les jeter et créer de la misère et du ressentiment dans des pays ou les gens ne demandent qu’a travailler et vivre décemment. La politique actuelle de chasse ouverte à l’immigré n’est compréhensible que dans l’optique d’une mise sous tutelle du FN par Sarko. Compréhensible, mais pas acceptable, et moi qui habite pas très loin de Vichy il y a comme des relents nauséabonds... Quand les "forces de l’ordre" deviennent des vecteurs d’insécurité, de haine et de misère, il est temps de se poser de sérieuses questions.



  • Vincent Verschoore VincentV 14 janvier 2008 15:24

    Cher Monsieur Dugué, je ne vous connais pas mais je viens d’essayer de comprendre, avec un succès partiel, l’article auquel vous faites réference. Je dois m’étonner du fait que vous parlez d’indépendance de jugement en vous basant sur un rapport officiel ayant trait à un sujet aussi sensible que les OGM ! Si vous croyez que la vérité sort des rapports officiels, vous avez encore un long chemin à parcourir avant d’arriver à une quelquonque autonomie de pensée... Pour ne serait-ce qu’espérer entrevoir une certaine vérité, il faut lire les rapports officiels sans doute, mais également les rapports contradictoires (ils ne manquent pas) et s’essayer à faire une synthèse de tout cela, notamment en regardant à qui cela profite le plus.... Les altermondialistes n’ont pas toujours raison, les écolos non plus, les intellos rarement, mais chacun apporte sa petite pierre et c’est à nous, qui avons la chance d’être relativement bien éduqués, de faire le tri, avec un peu de réflexion et beaucoup de bon sens. Comme le disait un fonctionnaire du gouvernemnt Thatcher pendant la guerre des Malouines, se réferant aux rapports de guerre diffusés aux médias, "toute ressemblance entre la réalité et la version officielle est pure coïncidence". C’est vrai chez nous aussi, même pas besoin de guerre.



  • Vincent Verschoore VincentV 14 janvier 2008 12:01

    Pour une foix qu’une décision de fast-politik va dans bon sens (élimination des OGM), on va pas cracher dessus... Même si, à court terme et sur une surface précise, le 810 est moins néfaste que le tout chimique (l’agriculture raisonnée reste du tout chimique, la différence avec le non-raisonné étant que l’on doit un petit peu réflechir avant utilisation des produits pour ne les utiliser que lorsque cela semble nécessaire...) les désavantages inhérent aux OGM (non contrôle de la déssimination, santé publique, effets long terme, dépendance des exploitants agricoles vis-à-vis de Monsanto) sont beaucoup plus importants. Surtout qu’il existe une solution parfaite, le bio, longue a mettre en oeuvre certes (reconversion sur plusieurs anées), mais faudra bien y passer un jour donc autant s’y mettre tout de suite.

    Vu la capacité de pression et le lobbying intensif des industriels des sciences dites "de la vie" (! ?) dont Monsanto, si cette décision est passée c’est que quand même il y a des craintes sérieuses, on ne peut pas dire que le gouvernement Sarko soit a priori anti-grosses boîtes/gros pognon en général, ni anti-OGM en particulier...

    Tout cela relève in fine de la santé publique, et le domaine de la santé, en France, est aux mains des fabricants de médicaments et de produits chimiques agricoles en tous genres, et même s’il commence a y avoir quelques restrictions budgétaires la tendance de fond depuis 30 ans est de faire bouffer aux gens un max de produits pharmaceutiques (le français est le plus gros consommateur européen) afin d’enrichir les "sciences de la vie" (et certainement pas mal de gens bien placés...), peu importe les effets à long terme sur la santé publique (au contraire, plus les gens sont malades, plus ils prennent de médicaments...). Un petit coup de marche arrière, de temps en temps, ne peut pas faire de mal... Bon désolé pour ce petit coup de gueule un poil hors sujet.

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès