• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Vivre est un village

Vivre est un village

Consultant en systèmes d'Information logistique France Mexique Espagne Allemagne de 1969 à 2012 Vincennes - France.
https://fr.wiktionary.org/wiki/ineffable
 
Des écumes de fleurs ont bercé mes dérades
Et d’ineffables vents m’ont ailé par instants.
— (Arthur RimbaudLe Bateau ivre)
 
 
https://fr.wiktionary.org/wiki/d%C3%A9rade
 
J’aurais voulu montrer aux enfants ces dorades
Du flot bleu, ces poissons d’or, ces poissons chantants,
Des écumes de fleurs ont bercé mes dérades
Et d’ineffables vents m’ont ailé par instants.
 — (Arthur RimbaudLe Bateau ivre, 1871)

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 454 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Vivre est un village Vivre est un village 6 avril 2020 14:48

    @Mélusine ou la Robe de Saphir.

    Et demain ?, il va falloir innover...de cette intelligence, de préférence !!!

    https://servimg.eyrolles.com/static/media/3201/9782124653201_internet_w290.j pg



  • Vivre est un village Vivre est un village 6 avril 2020 14:44

    @Mélusine ou la Robe de Saphir.

    La définition de l’« utilité » est au cœur des difficultés rencontrées par l’utilitarisme et montre l’impressionnante capacité d’autocritique et de renouvellement conceptuel de ce courant de pensée. Au fil de l’évolution de l’utilitarisme, il existe quatre grandes définitions successives de l’utilité.
    Comme nous l’avons déjà constaté, il s’agit de la position de Bentham : le plaisir est le bien suprême. Cette thèse benthamienne comporte une spécificité : elle pose le plaisir comme une entité homogène et indépendante des actions, ce qui permet, selon Bentham, sa quantification. En une formule passée à la postérité, Bentham déclara que « le jeu de quille a autant de valeur que la poésie », posant ainsi le principe d’une homogénéité absolue du plaisir. Parmi les nombreuses objections à cette thèse, rappelons ici les cinq principales.
    Tout d’abord, une objection conséquentialiste simple : le plaisir est-il vraiment toujours bon, et son contraire, la douleur, toujours mauvaise, indépendamment de leurs conséquences ? Le plaisir d’un héroïnomane est, par exemple, un vrai plaisir, réputé pour son intensité exceptionnelle, mais il est fort difficile de soutenir qu’il est bon pour l’héroïnomane, qui risque rapidement sa santé et sa vie. De même, une douleur dentaire est une vraie douleur, mais il est difficile de soutenir qu’elle est mauvaise pour l’individu qui la subit parce qu’elle lui indique d’aller se faire soigner d’urgence, sinon une infection pourrait se développer et mettre en péril sa santé et sa vie…
    https://www.cairn.info/introduction-a-l-ethique—9782130632610-page-129.htm



  • Vivre est un village Vivre est un village 6 avril 2020 14:37

    @Mélusine ou la Robe de Saphir.

    https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/2/23/Evolution_and_dise ase_%281890%29_%2814740994546%29.jpg/220px-Evolution_and_disease_%281890%29_%2814740994546%29.jpg

    Le faune est une créature légendaire de la mythologie romaine. Il est proche des satyres de la mythologie grecque.

    Points communs avec les Grecs

    Chez les Romains, les faunes et les sylvains étaient, certes à quelques différences près, ce qu’étaient les égipans et les satyres (en fait des hommes-boucs) chez les Grecs. Dieux rustiques, avec une figure plus joyeuse, et surtout avec moins de brutalité dans leurs amours. (Ce qui est en fait un fantasme des Grecs vivant en ville, les vrais satyres étant plus proches des faunes d’après les vers d’Euripide.) Le pin et l’olivier sauvage leur étaient consacrés.

    https://www.wikiwand.com/fr/Faune_(mythologie)



  • Vivre est un village Vivre est un village 6 avril 2020 09:29

    @Mélusine ou la Robe de Saphir.

    transmission aérosols du covid-19. Un scandale d’état
    La transmission du covid-19 par voie d’aérosol continue à être dénié farouchement par les autorités. Peu à peu le manque de masque pour tous est pointé du doigt par certains médias. Au vu de la voie aérienne des mesures simples, peu couteuses, sont à prendre d’urgence : arrêt des chauffages aérotherme, communiquer sur l’insuffisante distance de 1m, encourager la fabrication de masques fait maison

    https://blogs.mediapart.fr/bertrandrowegmailcom/blog/030420/transmission-aerosols-du-covid-19-un-scandale-detat

    Aus Bertrand Rowe, Directeur de recherche retraité du CNRS, consultant, lauréat du prix Descartes 2000 de la commission européenne et auteur de ce billet :

    Descartes-Preis

    Ian Smith, Birmingham University, und Bertrand Rowe, Université de Rennes, mit ihrem Team (A. Canossa, I. Simms, D. Chastaing) für Chemie nahe dem absoluten Nullpunkt

    https://de.wikipedia.org/wiki/Descartes-Preis#2000



  • Vivre est un village Vivre est un village 5 avril 2020 08:32

    @Mélusine ou la Robe de Saphir.

    Le monde diplomatique avril 2020, page 20 :

    Ainsi la crise du coronavirus tient-elle autant à la dangerosité de la maladie qu’à la dégradation organisée du système sanitaire.
    Éternelles chambres d’écho du credo comptable, les grands médias ont éludé l’examen critique de ces choix pour inviter lecteurs et auditeurs à un vertigineux débat philosophique : comment décider qui sauver et qui laisser mourir ?
    Cette fois pourtant, il sera difficile de masquer la question politique derrière un dilemme éthique, car l’épidémie de Covid-19 découvre aux yeux de tous une organisation économique encore plus aberrante que chacun le soupçonnait.
    Pendant que des compagnies aériennes faisaient circuler leurs avions à vide afin de conserver leurs créneaux horaires, un chercheur expliquait comment la bureaucratie libérale avait découragé le recherche fondamentale sur les coronavirus (Bruno Canard, « J’ai pensé que nous avions momentanément perdu la partie », déclaration du 5 mars 2020, consultable sur https://academia.hypotheses.org).
    Comme s’il fallait sortir de l’ordinaire pour en saisir le dérèglement, Marshall Burke, enseignant en science des écosystèmes à l’université de Stanford, notait le paradoxe :
    « La réduction de la pollution dl’air due à l’épidémie du Covid-19 en Chine a sans doute sauvé vingt fois le nombre de vies perdues du fait de la maladie.
    Il s’agit moins d’en conclure que les pandémies sont bénéfiques, que de mesurer à quel point nos systèmes économiques sont mauvais pour la santé, même en l’absence de coronavirus. » (twitter, 9 mars 2020)

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité