• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Vladivostok 1919

Vladivostok 1919

"Il est faux de dire que la terre se meurt...
Elle est assassinée, et ses meurtriers ont des noms et des adresses"
Utah Phillips.
---------------------------------------------------------------
LA PERMACULTURE - UN INTÉRÊT ECONOMIQUE - Cliquez pour télécharger.

Tableau de bord

  • Premier article le 20/07/2009
  • Modérateur depuis le 15/02/2012
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 7 542 336
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 1 1 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique










Derniers commentaires



  • Vladivostok 1919 Vladivostok 1919 16 novembre 2011 16:24

    la vrai question c’est : « Qu’attend Superman pour sauver ce monde là ? »

    Superman n’existe pas ??!!!
    Bien sur que si, il y a des livres sur lui...



  • Vladivostok 1919 Vladivostok 1919 18 octobre 2011 19:21

    Houla, c’est certain, ils ont mis la CIA sur le coup pour poster un message sous votre article !!...

    hahaha. Auteur ridicule, article risible.
    Merci a Tchoo.



  • Vladivostok 1919 Vladivostok 1919 7 octobre 2011 12:12

    Attention, l’histoire de l’ile de Paque - Rapanui, n’est plus considérée que comme une « légende », car la chute du peuple qui y vivait a été initié et précipité justement par l’arrivé des premiers européens, et constitue un exemple typique de génocide et de mise à sac des ressources par l’ordinaire « bienfaiteur » occidental.

    Notamment un livre à ce sujet

    http://www.guardian.co.uk/science/punctuated-equilibrium/2011/sep/07/3

    Two anthropologists – Terry Hunt, a professor at the University of Hawai’i, and Carl Lipo, a professor at California State University – set out to correct the record with their book, The Statues that Walked : Unraveling the Mystery of Easter Island [Amazon UK ; Amazon US]. In this book, Hunt and Lipo, who conduct research on Rapa Nui, take a fresh look at the scientific evidence and argue that instead of an example of « eco-cide », Rapa Nui is a monument celebrating the triumph of a small group of people who persevered together under challenging circumstances.

    the authors find that, contrary to the popular view that the early Rapanui were irresponsible eco-cidal maniacs, they were clever and caring environmental managers, who devised ingenious methods for enhancing the island’s limited agricultural potential. Hunt and Lipo also found that the early Rapanui did not devastate the palm forest, and their culture did not descend into violence and cannibalism. But I was most surprised to learn that making and moving the enormous moai statutes did not require many people at all, nor did it monopolize the islanders’ precious limited resources. In fact, statue construction was intimately tied to the long-term success of their society.

    Voir aussi le texte « The Rape of Rapa Nui », (le viol de Rapanui) qui démonte la légende propagée par Jared Diamond, et démontre en reprenant les écrits et travaux récents, que l’effondrement de la population et intervenue bien longtemps après la création des statues, et est due aux marchands d’esclaves, et autre allumés qui voulurent transformer l’ile en ferme géante pour l’élevage de moutons 

    Diamond ignores, or neglects to address the true reasons behind Rapa Nui’s collapse. Other researchers have no doubt that its people, their culture and its environment were destroyed to all intents and purposes by European slave-traders, whalers and colonists - and not by themselves ! After all, the cruelty and systematic kidnapping by European slave-merchants, the near-extermination of the Island’s indigenous population and the deliberate destruction of the island’s environment has been regarded as « one of the most hideous atrocities committed by white men in the South Seas » (Métraux, 1957:38), « perhaps the most dreadful piece of genocide in Polynesian history » (Bellwood, 1978:363).



  • Vladivostok 1919 Vladivostok 1919 6 octobre 2011 11:40

    D’accord avec ce constat, qui mérite d’être nuancé...

    Les fermiers de la Confédération Paysanne font du bon boulot, et même si ce n’est pas parfait, ils sont intégres et ont une vrais démarche de respect de leur ressources ;

    Ce sont les empoisonneurs de la FNSEA qu’il faut viser et exposer pour ce qu’ils sont : de simples parasites de l’environnement tout comme des budgets que la collectivité accorde à l’agriculture ; Aucune pitié pour ces enfoirés.



  • Vladivostok 1919 Vladivostok 1919 6 octobre 2011 11:34

    La PERMACULTURE, « une idée d’avant garde millénaire » comme la décrit un des fondateurs Bill Mollison, c’est l’agriculture au peuple, et la biodiversité comme outil pour créer l’abondance partout dans le monde.

    Ce courant de pensée n’est qu’embroyonnaire en France, mais très développé en Australie et dans certains états des USA (Californie, Oregon, New York, surtout - avec pour les USA le moteur d’une résurgence des « Victory Garden », Jardins de la Victoire, qui avaient permis au peuple et citoyens américains de produire 40% de leur propre nourriture pendant la seconde guerre mondiale)

     Doc pdf à télécharger - 19 pages
    http://www.box.net/shared/og4050qrav

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité