• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

wata gourouma

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 1 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • wata gourouma 28 avril 2018 22:30

    @Christian Labrune
    Si la civilisation arabe s’est,en un clin d’oeil,étendue des Pyrénées à l’Insulinde,c’est qu’elle n’était point l’apanage d’une poignée de mangeurs de lézards soudainement divinisés.Si la religion musulmane s"est propagée sur des continents entiers,si la langue arabe a connu une fortune que n’a encore atteinte aucune autre,si elle a été la langue du judaïsme,du christianisme,de l’Islam,de la gnose,des mystères et des magies,c’est bien parce qu’une imposante civilisation lui donnait une autorité dépassant de loin telle colline du Hedjaz..A cette autorité ont obéi les Grecs puis les Romains et avec eux les Etrusques,avant que ne s’y rallient les Wisigoths d’Occident et les princes de l’Inde.C’est la raison pour laquelle il est aussi difficile de croire à une victoire grecque lors des guerres médiques qu’à une conquête d’Alexandre en Asie ;tout aussi difficile d’admettre une invasion militaire de l’Espagne par les seuls arabes du Hedjaz.Dans un cas comme dans l’autre la disproportion des forces était telle qu’elle conduit à chercher ailleurs que dans les explications scolaires les raisons profondes de ce qui fut non pas un conflit mais une collaboration.Dans cette quête il suffira de se fier au bon sens.Il est généralement plus honnête que l’érudition.
    Si nous réfléchissons afin de voir clair et nullement pour nous complaire dans les idées reçues,si nous sommes résolus à ne rien emprunter au rêve,alors il faut définir l’arabisme comme une culture,comme la seule culture de l’Orient et entreprendre à la lumière de cette culture la révision de ce qui nous a été enseigné à l’école sous le titre l’Orient et la Grèce.
    Nous n’y parviendrons qu’à la condition d’écarter la vision incohérente et fragmentaire de l’Orient que nous avons reçue de nos maîtres,précisant d’abord ce qui revient à l’Islam et ce qui ne lui revient pas.La politique de l’Islam,si elle a centralisé les pouvoirs,n’a point unifié les nations ;cette unité nationale et territoriale dont Alexandre avait profité avant les Califes,l’Islam l’a héritée des siècles antérieurs.La politique de l’Islam n’a pas d’avantage promu la société arabe ;cette société arabe avait déjà été portée au plus haut niveau de la civilisation par les ancêtres pharaoniques ou babyloniens.Sorti du désert l’Islam n’est pas retourné au désert mais s’est adressé dans leur langue et dans leur mentalité aux foules innombrables des grandes cités maritimes et fluviales.La religion révélée au Prophète était conforme à leur entendement ;n’étant ni une innovation insolite ni une révolution ;elle accomplissait simplement les Traditions et les Ecritures précédentes ;elle ne niait ni ne reniait,elle intégrait ;les spiritualités de l’Orient multiples en apparence mais une en essence elle les résumait en un acte de foi unique sur l’Unicité de dieu.Le Coran n’ajoute pas,il totalise ;le Coran ne discute pas,il conclut ;il ne divise pas,il rassemble.A proprement parler il n’est point une religion nouvelle.Il clame la soumission au dieu de toujours,présent au passé comme à l’avenir,seul,immuable et incréé,remplissant l’univers.Ce n’est certes point là une conception née de l’écho au coin d’un désert mais bien la quintessence d’une méditation portée de siècle en siècle au travers des plaines nilotiques,cananéennes et mésopotamiennes ;on y retrouve la cosmogonie chaldéenne,la résurrection égyptienne ou chrétienne,l’espérance apocalyptique qui,avant de résonner dans la bouche de saint jean avait déjà été entendue des disciples de la gnose.L’Islam n’a donc nullement surpris les peuples de l’Orient,il les a éclairés,ce qui est différent.Point n’a été besoin d’épée ni de persécutions pour les convertir.Ils étaient naturellement conduits à l’Islam par la pente de leur croyance ancestrale.Non seulement les juifs et les chrétiens mais encore les mages,les grecs,les adorateurs des diverses divinités y ont reconnu une parole qui ne leur était point étrangère.Pas plus que l’Islam n’a eu à conquérir de haute lutte l’opinion,les arabes n’ont eu à conquérir militairement l’Orient et la méditerranée où ils étaient chez eux depuis des temps reculés.En revanche ils ont culturellement conquis l’Occident européen et par voie de conséquence,l’Occident américain en y introduisant leurs religions,leur philosophie,leur esthétique.On se méprendrait sur l’islam et sur les Arabes si on les détachait de leur géographie et de leur spiritualité maternelles.







Palmarès