• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Zéro pour cent de matière grise

Universitaire passionné par les questions internationales, en particulier par tout ce qui se déroule aujourd’hui sur le continent eurasiatique (Europe, Russie, Chine, Transcaucasie, Asie centrale). Convaincu que le confort de la démocratie a endormi les hommes, qui doivent se réveiller, observer le vaste monde, le penser par eux-mêmes, retrouver leur vigilance pour critiquer sans relâche ceux qui gouvernent, possèdent et monopolisent la parole. Zeropourcentdematieregrise@orange.fr

Tableau de bord

  • Premier article le 03/10/2006
  • Modérateur depuis le 10/10/2006
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 7 35 169
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 0 0 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique










Derniers commentaires



  • Zéro pour cent de matière grise 30 septembre 2006 22:57

    Plutôt : du douteux « Indigènes » de Bouchareb à l’intéressant « Président » de Delplanque... C’est dans ce cas-ci un certain goût pour le récit cinématographique, et dans celui-là un certain goût pour la propagande grossière !...



  • Zéro pour cent de matière grise 28 septembre 2006 16:42

    Ah oui ? Sarko, Ségo, mais qui sont ces gens dont vous parlez ?



  • Zéro pour cent de matière grise 28 septembre 2006 14:51

    De sondages en photo de une, d’article sympathisant en commentaire élogieux, le nom de Bayrou est omniprésent chez Agoravox... Un peu exagéré, non ?



  • Zéro pour cent de matière grise 28 septembre 2006 13:43

    Se faire courtiser par des politiciens et en rosir de plaisir... A vous lire, on comprend que le « cinquième pouvoir » s’éloigne de plus en plus et à grands pas de ce qu’il prétend être, c’est-à-dire un véritable contre-pouvoir.

    Gageons que le « cinquième pouvoir » connaîtra bien vite le sort du quatrième...



  • Zéro pour cent de matière grise 28 septembre 2006 10:37

    Bien sûr, il y a les « journalistes », au sens noble du terme, des professionnels rigoureux, exigeants, irréprochables. Et puis il y a les autres, misérables pigistes vivotant de publi-reportages, ceux qui, sans vergogne et jusque dans des contrées barbares tel le Kazakhstan-comment-ça-s’écrit-déjà, entachent la noblesse des « vrais journalistes » en acceptant de collaborer avec le Grand Kapital, au lieu d’animer des débats sur France culture, d’éditorialiser chez Libé, de faire de la critique littéraire aux Inrocks, de faire de passionnantes enquêtes chez Télérama ou de présenter le JT, quoi, comme tout le monde...

    C’est vraiment odieux de faire des publi-reportages ou de la com pour des grosses boîtes. C’est vrai, quoi, quand on est un « noble journaliste », on arrondit ses fins de mois en publiant des bouquins dont on n’a pas écrit une ligne, on bidouille des interviews sur TF1, on lèche radiophoniquement le cul de tel homme politique et l’on ne refuse pas les petits cadeaux si insignifiants offerts par les gentils sponsors...

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès