• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de Luciole

sur L'accompagnement de l'autisme


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Luciole Luciole 6 septembre 2007 09:08

@ aurélien

Merci beaucoup pour vos commentaires. L’absence de reconnaissance d’Asperger en France est effectivement un vrai casse-tête pour les parents.

On nous a renvoyé de spécialistes en spécialistes, mais aucun n’était capable de me dire ce qu’avait mon fils. Les psychanalystes en particulier se contentaient de multiplier les séances et de nous culpabiliser, mais leurs analyses sonnaient toujours à côté de la plaque.

Finalement, c’est un ami de famille sans aucune prétentation intellectuelle qui a évoqué l’autisme. J’ai fini par suivre cette piste et me renseigner sur l’autisme. Je suis tombée sur la description du syndrôme d’Asperger qui collait enfin parfaitement.

Cela a été un grand soulagement, pour moi en particulier, car cela me permettait de comprendre la nature des problèmes de mon fils et je pouvait enfin m’opposer à toutes les accusations que j’ai subies d’avoir rendu mon fils anormal en étant trop gentille avec lui.

Il faut dire qu’à une époque j’en était arrivée à le fuir tant j’étais persuadée d’être psychogène pour lui. Cet épisode n’a fait qu’agraver les troubles de mon enfant.

Mais je ne veux absolument pas généraliser à l’ensemble des troubles mentaux, dont une grande partie ont effectivement pour origine la relation avec les parents. Simplement, ce n’est pas le cas de l’autisme, sauf quand les parents réagissent mal aux troubles de l’enfant.

Concernant Einstein, je me base surtout sur le fait qu’il n’ait pas parlé jusqu’à l’âge de 4 ans et qu’il expliquait avoir une représentation avant tout visuelle de ses théories, ce qui est une grande caractéristique de l’autisme.

Dans le cas du professeur Tournesol, j’ai été frappée (c’est le cas de le dire) dans « Vol 747 pour Sydney » quand le professeur reçoit une petite gifle et devient fou de rage, rossant d’importance l’auteur de ce geste. Les asperger réagissent exactement de cette façon, ce qui est d’autant plus surprenant qu’ils paraissent en général très détachés des relations conflictuelles.

Merci pour vos précision sur Auguste Picard.


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès