• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de ronchonaire

sur Délocalisation, les limites


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

ronchonaire 8 février 2008 14:17

Il y a deux aspects à prendre, le quantitatif et le qualitatif.

D’un point de vue quantitatif, les délocalisations ne représentent pas tant d’emplois perdus que cela, contrairement à une idée largement répandue. Le problème vient surtout du fait qu’elles concernent généralement des régions déjà désertées économiquement et contribuent donc à "enfoncer" encore plus ces régions.

D’un point de vue qualitatif, les emplois délocalisés sont pour la plupart des emplois non-qualifiés, tant et si bien que la perte de revenu et de valeur ajoutée au niveau agrégé est minime. Les délocalisations contribuent simplement à abandonner des secteurs de production qui ne sont de toute façon plus rentables et pour lesquels la France n’a plus le moindre avantage comparatif. Autant réallouer les investissements vers les secteurs compétitifs.

Malgré tout, les délocalisations posent deux problèmes majeurs, en plus de celui déjà mentionné de la désertification de certaines régions :

1. Quid des aides publiques reçues par les entreprises qui délocalisent ? En l’ocurrence, il faudrait prévoir un mécanisme de remboursement de ces aides par l’entreprise.

2. Comment indemniser les perdants, c’est-à-dire les personnes qui perdent leur emploi suite à une délocalisation ? Un tel mécanisme est d’autant plus nécessaire que les personnes concernées sont souvent peu qualifiées et ont des revenus modestes.

Un mécanisme avait été mis en place aux Etats-Unis suite à la création de l’ALENA (zone de libre-échange avec le Mexique et le Canada). Tout salarié qui avait perdu son boulot à cause d’une délocalisation bénéficiait d’indemnités plus fortes que le régime général et de programmes d’aides (formation, etc.) pour retrouver un emploi. Malheureusement, rien de tel n’existe en Europe, a fortiori en France.

Pour résumer, le vrai problème ne vient pas des délocalisations en tant que telles, il vient du fait que notre système légal (droit des entreprises et droit du travail) n’est pas du tout organisé pour y faire face.

 


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès