• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de Spirou

sur Jamais Mahomet n'a prêché la guerre contre l'Occident


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Spirou 12 octobre 2006 08:54

Vous dîtes : « Exact. Ce que je dis, c’est que Mahomet eut à se poser cette question, et la réponse, c’est qu’il n’y a pas eu massacre. »

- Il n’y a pas eu massacre cette fois-ci mais asservissement car les coutumes tribales(pacte + normes de la razzia préislamique) étaient encore plus fortes que les prescriptions religieuses de Mahomet. Ainsi, Tabari rappelle que « les Les Beni Qainoqâ étaient alliés des des Benï- Khazradj, et particulièrement de leur chef Abdallah, fils d’Obayyi, fils de Seloul, avec lequel ils avaient conclu un traité d’alliance » Or, Mahomet a besoin des Ançars dont les Beni Kharzradj font parties. Transgresser le pacte entre les Beni Khazradj et les Beni Qainoqâ signifie pour Mahomet mettre en péril la fragile autorité qu’il a sur les Médinois acquis à sa cause. Les rapports de force dans cet épisode font écho à ceux du raid de Nakhla. Dans les deux cas, les limites du pouvoir de Mahomet face aux structures tribales apparaissent au grand jour. Dans les deux cas, Mahomet fait preuve de pragmatisme malgré des intentions premières dogmatiques. En revanche, il semble que lorsque les relations tribales sont absentes, mahomet applique son dogme ce qui explique l’anéantissement des Benî Qoraïzha(cf p.230) Tabarî montre ainsi que la propagation de l’islam par Mahomet se heurte régulièrement aux structures tribales.

Vous dîtes : « La raison est la suivante : de même que Tabari interprète l’action de Mahomet, de même j’interprète l’interprétation de Tabari. Quand j’indique mes pages de référence, c’est uniquement pour dire à des lecteurs tels que vous : voilà comment j’interprète. C’est mon point de vue, ce que, sincèrement, je pense mais je comprends parfaitement qu’on puisse interpréter autrement. « 

- Je comprends votre position mais n’aurait-il pas fallu expliquer votre méthodologie au début de votre article ?

Vous dîtes : « Reste à comprendre pourquoi Tabari présente ainsi cette affaire Qaînoqâ ? Est-ce pour dénigrer Mahomet ? Ou est-ce pour inspirer la terreur à ceux qui refuseraient de se soumettre à l’islam ? La réponse est difficile. « 

- Je crois que l’on peut répondre négativement à la première hypothèse. Les annales de Tabarî sont apologétiques. Pour s’en convaincre, il suffit de lire les « chapitres » sur le portrait du prophète, les noms du Prophète, chevaux et montures du prophète, femmes du prophète, affranchis du prophète, secrétaires du prophète, les armes du Prophète ainsi que les nombreux « miracles » qui émaillent le récit de son enfance ou si l’on revient au sujet qui nous intéresse sa justification a-posteriori par la loi juive de l’anéantissement de la population mâle des Benî Qoraïzha(complétement absente du récit de ces événements antérieurs à celui de Tabarî cf Ibn Ishaq)

Cordialement


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès