• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de Surya

sur La justice des mineurs en danger ?


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Surya Surya 2 décembre 2008 17:54

La société telle que nous l’avons organisée oublie qu’on reste un enfant pendant un bon bout de temps. 

Elle part du principe que puisqu’on n’est pas un enfant toute sa vie, être un enfant signifie donc uniquement être un futur adulte (je ne pense pas, quant à moi, à un adulte miniature), et qu’à ce titre, il est bon de montrer le plus vite possible aux enfants ce qu’est "la vie" ; la "vraie vie" qu’ils vont devoir traverser. Pour leur "apprendre", comme on entend parfois.

On croit leur apprendre à se défendre en ne les ménageant pas, on croit leur montrer comment tracer leur route, et on ne fait que les traumatiser. François Truffaut parlait dans son film "l’argent de poche" à travers le personnage de l’instituteur, et disait qu’il fallait s’endurcir et non se durcir. On croit endurcir les enfants, on ne fait que les durcir toujours davantage.

Certains se disent : à quoi bon préserver la spontanéité et l’innocence enfantines puisque de toute façon cet enfant perdra ses illusions plus tard quand il sera confronté à la "réalité" ? A quoi bon parler avec douceur à un enfant, le traiter comme un enfant, qui est un être extrêmement sensible, puisque de toute façon il va bien devoir s’intégrer dans notre société ou la violence est souvent omniprésente, notamment celle présentée à la télévision, et dont on protège de moins en moins les enfants, parce que soit disant ça n’influence pas leur comportement ? Regardons un peu ce qui est seulement "déconseillé" aux moins de douze ans, c’est parfois ahurissant !

On part donc du principe que la vie est dure, que la société est impitoyable, en oubliant que cette société là, c’est bien nous qui l’avons créé ainsi. Donc, pas de pitié pour les enfants, puisque la société est impitoyable !

C’est vrai que les enfants sont, de fait, de futurs adultes. Mais je crois que beaucoup de gens, dont probablement ceux qui pronent ce genre de justice pour les enfants, ceux qui stigmatisent des gosses de trois ans, posent le problème à l’envers en essayant de les faire entrer dans le moule d’une société du "marche ou crève" qui finalement ne satisfait personne, mais qu’on n’a pas le courage de changer, peut être.
Ils oublient qu’en temps que futurs adultes, il est très important de traiter les enfants avec une grande prudence et beaucoup de tact, parce qu’ils perpétueront plus tard les principes qu’on leur aura inculqués. Il sera alors tellement facile de dire qu’on avait vu juste en les cataloguant dès l’âge de trois ans comme futurs délinquants, s’il se trouve que certains d’entre eux le deviennent effectivement.

Le principe des "générations futures", si cher à très juste titre aux écologistes, devrait aussi s’appliquer dans le cas de la société qu’on veut bâtir, pour nous même, et pour ceux qui viendront après nous. La veut-on humaine, ou inhumaine ?


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès