• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de Julius

sur Europe de l'Est : une nouvelle opportunité historique


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Julius Julius 11 mars 2009 12:05

Je pense que vous faites deux erreurs :

Vous considérez tous les pays ex-communistes comme un bloc homogène. Mais ce n’est pas le cas. Il existe de grandes différences en raison de trois sources :
1) Même avant l’expérience communiste, ces pays sont très différents sur un plan économique. Certains ont même été plus avancés que la France.
2) Le communisme lui-même n’est pas la même partout. En général, les pays plus avancés, sont restés plus avancés. Leur communisme était plus "léger".
3) Le processus de transformation après 1989 ne fonctionnait pas aussi bien partout. Certains pays ont des problèmes plus grands, en général en raison d’un décommunisation (les anciennes structures sont restés au pouvoir, ils ont été tout simplement ré-peint).

Vous refusez la délocalisation et de vous proposer l’aide massive. En fin de compte, les deux processus font la même chose : Ils prennent l’argent de certains pays et les redistribuer dans d’autres pays. Ils représentent une certaine forme de solidarité au niveau européen. La différence est que vous propose le système bureaucratique et centralisé au lieu de l’actuel processus économique naturel.

La délocalisation est une partie du processus plus large de l’interaction économique entre les différents pays. En France, on oublie souvent de mentionner les nouveaux marchés, qui permettent à l’économie francaise de vendre ses produits (qui, très souvent, tue les producteurs locaux dans les autres pays). Un des exemples les plus visibles est Carrefour, qui crée ses supermarchés partout dans le monde et vend des produits français (l’agriculture français profits).

Même si interdire la délocalisation de certaines entreprises, vous ne serez pas en sécurité en France. Imaginez, que Renault ne sera pas autorisé à créer ses usines en Europe Centrale et il sera obligé de rester en France. Qu’arrive-t-il ? Sur le marché, ses voitures seront remplacées par Skoda-VW, qui produit en République Tchèque les voitures moins chères.

Ainsi, au lieu de créer des obstacles supplémentaires et redistribution centralisée inefficace, il faut faire toute collaboration au niveau européen plus facile. Nous devons abandonner tous les obstacles qui sont encore en place. Nous devons libéraliser le reste de l’économie européenne. Tout le monde y gagnera.


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès