• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de Méric de Saint-Cyr

sur La semaine de prévention du suicide au Québec a pris fin dans... le silence.


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Méric de Saint-Cyr Méric de Saint-Cyr 15 février 2006 00:12

Ce n’est pas le suicide qui est le problème. le suicide est une réponse possible à un problème en amont. Le vrai problème c’est la société, laquelle est devenue suicidogène en détruisant les repères et les valeurs socio-psychologiques, pour ne mettre au sommet de toutes les valeurs que le « dieu fric ». Ainsi celui qui n’a pas ou peu d’argent, chômeur, désœuvré, travailleur pauvre, petit retraité, SDF, se sent exclu de la « fête ». C’est vrai que celui-là, lorsqu’il se suicide, ça ne se remarque même pas.

Mais il ne faudrait pas que le suicide individuel soit l’arbre qui cache la forêt. Le vrai drame de notre civilisation moderne, c’est qu’elle est tout entière vouée au suicide, un suicide collectif permanent à travers toutes ses pratiques décadentes : alcoolisme, tabagisme, toxicomanie, piercing, style « destroy », cancérisation en masse, télévision, macdoïsation, sont autant de forme d’autodestructions collectives dont le suicide n’est finalement qu’un épiphénomène.

Puisqu’en fait, c’est toute la civilisation qui se suicide en acceptant cette médiocre qualité de vie basée sur la course folle à la consommation de produits inutiles, nuisibles, toxiques (OGM, vache folle, grippe aviaire, poulets aux hormones, à la dioxine, tchernobyl et les drogues, voitures polluantes, etc.). Dans ce monde fou, pollué et égoïste, finalement celui qui se suicide, c’est un peu comme quelqu’un qui descendrait du train en marche parce qu’il sait que le train fonce droit dans un mur ou un ravin...

Les gens se suicideront moins lorsque notre air sera redevenu respirable... Pourquoi vouloir empêcher les gens de quitter ce monde si c’est toujours ce même monde pourri qu’on leur propose ?


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès