• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de Voltaire

sur Européennes : pourquoi les médias voient-ils l'UMP en tête mais non l'opposition majoritaire dans le pays ?


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Voltaire Voltaire 20 mai 2009 14:43

Excellente analyse.

La droite parlementaire (UMP-NC) chute de façon très importante comparée aux législatives 2007 (de 40 à mois de 30%). Même en tenant compte de la droite nationaliste, on arrive péniblement à 35%. S’il est classique de voir la majorité défaite lors d’élections de mi-mandat, la présentation que font les média de la situation est biaisée.

La situation à gauche est plus complexe, en raison dela multitude de mouvements : l’alliance des écologistes bénéficie d’un bon leadership (ce qui lui manquait depuis longtemps) et d’un accord entre tendances longtemps divisées. Reste à savoir si cela tiendra par la suite... Et le PC se refait une virginité sous sa nouvelle dénomination « front de gauche », une très belle opération de marketing. La gauche de gouvernement demeure à son score autour de 35%, même si l’équilibre est bouleversé en dévafeur du PS (on en revient à « une gauche plurielle »).

Au centre, le MoDem réussit à s’installer durablement dans le paysage politique français (il était à 7.6% en 2007 et souvenons-nous de ce qu’on lui prédisait alors), mais demeure en dessous du potentiel représenté par son leader : il paye son manque de candidats connus, achetés par l’UMP, mais devient incontournable pour toute future majorité.

Quant aux extrêmes, ils demeurent sur des scores classiques pour des élections européennes, avec juste un échange entre extrême droite et extrême gauche.

En raison du mode de scrutin, de faibles écarts en voix pouraient se traduire par des différences considérable en sièges, différences accentuées par l’abstention : ainsi, le MoDem oscille entre 1 ou 2 élus par région (la limite est autour de 14%), les verts entre 0 et 2 etc... Les gros partis sont, comme souvent, avantagés par le scrutin. Cela peut se traduire par des effets insoupçonnés au parlement européen, où le choix du futur président de la commission européenne se décidera.


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès