• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de Furax

sur Saga de l'été : Apocalypse de Jean (1/5)


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Furax Furax 11 juillet 2009 12:13

J’ai cru comprendre que vous étiez un adepte de la secte du « Cercle Zeletique »(faites gaffe quand même quand vous entendrez « fermez le cercle ! » ).
Un sectequi prône le DOUTE pour les croyances de tous les autres, mais la croyance absolue en ce qu’elle avance, elle.
Si un évêque a déclaré que le Suaire de Turin est l’oeuvre d’un faussaire, sa parole ne saurait êtrte remise en question. Imaginez qu’il ait dit le contraire !
Pour vous apprendre à douter quelques mises au point sur Mitra

· Mithra est né d’une vierge le 25 décembre.

Jésus n’est pas né le 25 décembre ; c’est la date du solstice d’hiver qui a été choisie sans lien historique. Encore une « récupération pédagogique » des chrétiens.

En 479, l’empereur Théodose chasse Mithra et les autres pratiques religieuses : le 25 décembre est désormais une fête chrétienne uniquement. Justinien décide en 529 que le 25 décembre sera chômé. C’est chouette les vacances de Noël*

Jésus :

· Il était considéré comme un grand professeur et un maître itinérant. 
· Il était appelé « le Bon Berger. » 
· Il était considéré comme "la Voie, la Vérité et la Lumière." 
· Il était encore considéré comme « le Rédempteur, » "le Sauveur,«  »le Messie." 
· Il était identifié à la fois au Lion et à l’Agneau. 
· Il effectuait des miracles.

Il faut bien comprendre que ces thèmes sont communs, mais n’ont pas de caractère démonstratif.
Mithra, est un « daymon » (démon) au sens grec : c’est un médiateur entre le divin et l’humain.
Donc il a toutes les caractéristiques d’un médiateur dans le judéo-paganisme de l’époque, celles qui sont dites ici en particulier.

Jésus :

· Son jour sacré était le dimanche, le « jour du Seigneur », des centaines d’années avant l’émergence du Christ. 
· Sa religion comportait une eucharistie ou « dîner du Seigneur ».

Mais le culte en lui-même n’a rien à voir.

On commémorait un sacrifice de taureau, selon un rite initiatique gnostique qui n’a rien à voir avec le christianisme ; les non-initiés étaient placés dans une fosse, sous une grille, et l’on égorgeait un taureau vivant dessus ; le sang leur coulait dessus et les « purifiaient ».
C’était un culte assez sauvage, réservé aux hommes, essentiellement des militaires.

Le repas cultuel est commun à toutes les religions du bassin méditérannéen, même au panthéisme romain (on dînait sur les tombes des défunts).

Rien à voir avec la pratique eucharistique chrétienne.

Jesus

· Il avait sa fête principale à la date qui allait ensuite devenir Pâques, correspondant à sa résurrection.

La date de Pâques chrétienne est calculée par rapport à la Pâque juive, selon un calendrier lunaire, aujourd’hui décalé depuis la réforme grégorienne, je crois.

Jesus

· Il avait 12 compagnons ou disciples.

Ce chiffre est un chiffre symbolique. Mais d’après mes souvenirs, ce nombre n’est pas aussi clairement attesté chez Mithra que chez les apôtres.

Jesus

· Il a été enterré dans un tombeau. 
· Après trois jours, il s’est relevé. 
· Sa résurrection était célébrée chaque année.

Mithra :

La résurrection dont il est question n’a rien à voir avec celle du Christ. Il s’agit d’un miracle parmi d’autres dont les dieux l’ont gratifié, qui a été ajouté à la « doctrine mithréenne » par inspiration du christianisme, au deuxième siècle de notre ère. Il n’y a pas de résurrection attestée dans les formes originelles du culte de Mithra.


Ce ne sont que des détails concordants, dont certains sont forcés pour abuser ceux qui n’ont pas de culture religieuse.


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès