• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de DEALBATA

sur Les ressorts de la société, d'Ibn Khaldûn à Bernard Stiegler


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

DEALBATA (---.---.166.140) 16 novembre 2006 13:44

@l’auteur

« Autant dire que les Lumières ont été l’époque d’une « seconde révélation », sécularisée, laïque et profane, ... »

La métaphore d’une « seconde révélation » est intéressante car elle situe à la fois le niveau d’illusion qu’elle procure n’étant qu’une parodie de la première, l’originelle, et permet d’en déduire les sources démiurgiques de ces lumières noires qui ont aveuglé, perverti et détourné tant de pêcheurs vers ces phares de l’illusion, les menant en fait vers les récifs de la matière.

« selon le positionnement qui, le plus souvent, comprend des chefs, nobles, élites, dirigeants et des inféodés, administrés, exécutants »

Cette description, correspond peu ou prou, à la structure des sociétés dites « Traditionnelles » qui étaient composées majoritairement en système de caste, dont la première était toujours d’ordre spirituelle. Cet ordonnancement hiérarchique donne à réfléchir sur la structure des sociétés modernes à « l’horizontale » qui correspond à l’aplanissement, à l’écrasement, à la quantification de toutes qualités et donc de toutes compétences.

« Cette tendance engendre des individus désaffectés, inaptes à penser des horizons collectifs en se sublimant et donc, réduits à l’état de larves soumises aux impacts émotionnels. » Aïe, ça fait mal ! Bien que les individus, même s’il sont « affectés » doivent « penser » en fonction de leurs qualités propres et donc de leur caste, ils doivent jouer leur « rôle » dans la collectivité qui est secondaire d’un point vu social puisqu’ils ne sont astreints qu’à la manipulation de symboles établis par la caste supérieure dans le but d’une élévation, non pas sociale donc, mais spirituelle. Il est a noter que l’émotionnel, dans nos sociétés, à remplacé sournoisement l’Amour et la dévotion fait à Dieu.

« D’où un projet, celui de réinventer un « esprit industriel civilisationnant » à visage raisonnable et raisonné, et par voie de conséquence, de soumettre le fonctionnement de la société à une instance solide et dépassant le simple comportement égoïste. Autrement dit, les sociétés ont besoin d’une puissance publique pour façonner un nouveau corps à la démocratie vouée à l’informe et au chaos populiste. »

C’est à mon avis, une chimère dans la chimère, tout projet en ce sens est voué à l’échec car il tente de rétablir un certain ordre social, économique, politique, ... avec les mêmes ingrédients mais en les reformulant ou les repositionnant d’une autre manière. Il rejoue, même avec la meilleure volonté du monde (et a n’en pas douter, comme celle des Lumières) un scénario qu’il pourrait aussitôt passer sous sa critique dès que celui-ci serait mis en place. Encore une fois, ce n’est pas en manipulant les éléments d’un système que l’on peut en sortir, la réintégration dans l’ordre des choses se fera par en haut, c’est à dire qu’elle viendra de l’extérieur du système qui n’est en fait lui-même qu’une illusion.

« Si quelque catastrophe sociale advenait, nous ne pourrions pas dire que nous n’avons pas été prévenus. Prévenir et advenir ! Et... ? Puissance de recomposition ? »

« Et il doit convaincre un monde incrédule que le cauchemar a déjà commencé. » B.Dugué les a vus, mais dans cet épisode, le « happy end » commence quand on éteint son poste.


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès