• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de Yann Patin de Saulcourt

sur Créativité dans la misère


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Yann Patin De Saulcourt Yann Patin de Saulcourt 16 octobre 2009 15:20

Je veux vous remercier d’avoir transmis cette information qui ne fait pas le buzz sur le net, hélas. Chez nous, en France, j’en parle d’expérience, il devient difficile de faire ce que j’appelle personnellement de l’Art-récup.

Il y a encore trois ans, j’allais à la déchetterie du village, où s’opère le tri sélectif des matériaux que les gens y amène (en dehors donc des poubelles quotidienne) : bois, plastique, carton, « incinérables », métaux, végétaux, huile de vidanges, piles, batteries, verre..).

Ancien ébéniste mais ne pouvant plus exercer depuis longtemps pour cause de santé, j’y récupérais parfois des choses très intéressantes, en bon état, recyclable, « re-valorisable » . Ceci pour recréer, fabriquer une étagère, un petit meuble à temps perdu, au lieu de l’acheter (faute de moyen). J’y ai vu un potentiel de récupération vraiment très important pour les créatifs, pauvres ou non, d’ailleurs.

 Mais c’est devenu interdit de récupérer à la déchettereie, il y avait des abus. Ainsi tout part à l’incinérateur et vers un recyclage industriel « de masse ». Huit millions de personnes qui vivent sous le seuil de pauvreté en France, le potentiel de créativité est brimé aussi par « l’aseptisation » généralisée, chez nous.

Des créatifs passent à côté de trésors qui pourraient constituer des objets commercialisables originaux et de qualité, y compris le fait de former des jeunes ou des moins jeunes à des techniques intéressante.

Si le tri sélectif est une excellente chose, l’aseptisation technocratique, l’imprégnation dans tout les aspect du quotidien de l’administratif, nuit chez nous à la lutte contre la pauvreté. Là ou l’on permettrait pourtant une récupération, un tri avec une optique de réemplois de certains matériaux propres et ré-employables, on nuit à la possibilité d’exprimer, de révéler sa créativité, à coût quasiment nul.

Vous démontrez. parfaitement que la misère devient une contrainte qui pousse à l’expression de sa créativité, à créer du lien social, à se revaloriser, (a se chauffer aussi) à condition que récupérer ne soit pas interdit.. 

Nos déchettererie regorgent de millions de choses très intéressantes. Mais nos technocrates ont décidé que ça ne valait pas la peine de permettre au gens d’avoir les moyens de s’en sortir d’eux-même, bien qu’il n’ont toujours pas trouvé de solutions tangibles à proposer , en contre partie.

C’est comme si on préférait endetter le peuple plutôt que de lui donner le moyen de faire des économies importantes, voire de gagner sa vie et de se sentir digne dans son besoin de se dépasser pour sortir de la difficulté. Lorsqu l’on vit avec le RSA, l’AAH, une retraite de misère, ou que l’on est travaileur pauvre, acheter des étagères à « Brico truc » ou "Casto-machin, peut être une cinécure, voire carrément rédhibitoire.

C’est presque à croire que l’élite dirigeante aime se sentir riche, grâce à la pauvreté ?

Se faire entendre à ce sujet ne semble pas chose aisée ?


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès