• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de Fergus

sur Justice : un coupable peut en cacher un autre


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Fergus Fergus 23 novembre 2009 23:32

Bonsoir, Big Mac.

Daniel fait indiscutablement partie des hommes infidèles, et il était logique que Simone le quitte. Il a accepté cette séparation sans brutalité alors qu’elle lui faisait perdre le bénéfice de cette entreprise qu’il avait bâtie avec elle.

Cela n’a pas empêché Simone d’apporter au procès un témoignage très élogieux sur Daniel, témoignage conforté par ceux qui l’ont employé.

Ces précisions apportées, je suis d’accord avec vous pour reconnaître en Daniel un bourreau, coupable d’un crime horrible. Même s’il n’a à aucun moment été prémédité. Même s’il est en grande partie la conséquence d’une forte imprégnation alcoolique. Oui, Daniel est un meurtrier qui devait être condamné à la hauteur de l’acte qu’il a commis.

Quant à Jeanne, elle n’a pas réellement choisi de garder son fils, la réalité étant quecelui-ci ne lui a pas laissé d’autre possibilité que d’obeir à sa volonté.
 
Mais au delà de ces considérations sur les acteurs de cette affaire, ce que je voulais avant tout illustrer en relatant ce lamentable fait divers, c’est le fait que la vérité d’un procès et la logique de l’enchainement des faits qui ont conduit au drame n’ont parfois rien d’apparent dans l’énoncé d’un crime ou dans la relation sommaire qui en est trop souvent faite par des journalistes.

Une telle affaire, traitée dans un flash à la radio ou dans une brève de journal peut facilement devenir : « Un homme, décrit comme analphabète par le procureur, s’est présenté cet après-midi ivre mort chez sa maîtresse, l’a jetée dans l’escalier de sa maison avant de l’achever de trois de couteau. »

Entendu par le public, cette information devient ipso facto chez beaucoup d’entre nous : « Un alcoolique doublé d’une brute épaisse a commis un meurtre abominable sur sa maîtresse ». Avec cette sentence imédiatement prononcée par les moins nuancés : « Saloperie. J’espère qu’il va en prendre un maximum ! » 

Mon but : montrer qu’il ne faut jamais se fier à l’écume des choses, la réalité étant souvent infiniment plus complexe !


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès