• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de AnnO’Nyme

sur Le capitalisme, le peuple et l'Etat


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

GéraldCursoux AnnO’Nyme 13 janvier 2010 10:31

Le capitalisme, c’est comme la respiration, on ne peut s’en passer ! Dans le Robert, pour Capital on lit : « Toute richesse qui ne sert pas à la consommation immédiate mais qui est destinée à la production d’un revenu ou de nouveaux biens ». C’est comme dans l’agriculture où il ne faut pas consommer tout ce qui est récolté pour avoir des semences à planter, et de nouvelles récoltes. Celui qui trouvera une autre façon de produire, soit des produits agricoles, soit des biens et des services... qu’il se montre ! C’est dire que le capitalisme est la seule façon de produire des biens et des services en ayant un retour sur investissement, c’est-à-dire sans s’appauvrir. Mais le cadre social dans lequel il s’exerce relève du politique qui doit créer les conditions pour que les fruits du système profitent à tous. Cela suppose de répondre à des questions comme : Qui doit détenir le Capital ? Comment répartir les richesses produites ? Quid de l’utilisation des ressources naturelles, des pollutions ? Quelles règles sociales ? Quid de la fiscalité ? Et autres questions sur la concurrence, le commerce, le juste retour sur investissement, etc. Il faudra un jour admettre qu’en dehors de ce mécanisme – dit capitaliste -, il n’y a rien d’autre que la cueillette ou la chasse pour se nourrir au jour le jour. Défendre l’anticapitalisme c’est comme défendre antirespiration : c’est absurde ! Mais ce mécanisme de production-redistribution, dit capitaliste, ne fonctionne pas sans crises, car celles-ci sont inhérentes à toutes les activités humaines.


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès