• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de l’anonyme Roungalashinga

sur 7 bonnes raisons de ne pas croire en dieu(x)


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Rounga l’anonyme Roungalashinga 14 février 2010 17:47

1) Il existe des milliers de religions, et il n’existe pas de raisons rationnelle d’en choisir une plutôt qu’une autre. Vous en avez d’ailleurs vous même convenu, en écrivant que le choix d’une croyance n’était pas un choix rationnel.
2) Qu’il n’existe pas de raisons rationnelles d’être arbitrairement crédule d’un façon plutôt que d’une autre implique que le seul choix rationnel, c’est de ne pas être crédule !

Sauf que vous avez oublié ce que j’ai dit dès le début à propos de votre argument :
"Pour une fois, je vais faire preuve de syncrétisme et attirer l’attention de l’auteur sur les ressemblances entre les religions plutôt que sur leurs différences. Même si l’examen approfondi des principales religion met en évidences des divergences théologiques insurmontables, on peut trouver des points communs troublants entre nos religions judéo-chrétiennes et le taoïsme, l’hindouisme, le bouddhisme.« 

Vous noterez donc que dès le début de ce débat je me prononce en faveur de la tolérance entre les différentes chapelles au nom des points communs qui existent entre elles. Pour moi peu importe quelle religion, quelle foi ou quelle mystique on choisit (même athée), ce qui importe c’est d’avoir la foi et que cela soit une force. Je suis donc radicalement opposé à vous : vous êtes intolérant envers tout les croyants que vous prenez pour des »gens crédules« ( »incrédules, les plus crédules« , disait Pascal), tandisque moi je suis tolérant envers tout le monde. Choisis ton camp, camarade.

 »Il est possible que l’Univers que nous sommes capables d’observer ne soit qu’un petite partie de l’Univers existant réellement«  : cette phrase montre juste que vous ne comprenez pas la théorie de la relativité. L’univers n’a pas  »d’extérieur« 

Pas le moindre rapport. Je ne parlais absolument pas d’extérieur, mais d’Univers inobservable. Dans les modèles physiques à 8 ou 12 dimensions, on fait intervenir des dimensions inobservables, par exemple, de même que la matière noire est une chose qui demande encore à être comprise et observée. Il y a donc très probablement une part de l’Univers qui échappe à notre observation.

L’espace n’est pas euclidien, mais relativiste, »courbé" par la matière. Il s’agit là je le sais de notions peu évidentes, et que ne serez apte à comprendre pleinement qu’à partir du moment où vous maîtriserez les techniques de base de la mécanique relativiste.

J’adore votre condescendance, mais j’ai étudié en vrai ces matières à l’Université, pas dans Sciences & Vie. De plus, que l’Univers ne soit pas euclidien ne signifie pas qu’il n’ait pas d’extérieur (il suffit d’ajouter une dimension pour pouvoir créer un extérieur. L’univers de Pac Man n’a pas d’extérieur pour Pac Man qui est en 2D, mais si on se place en 3D il a la topologie d’un tore, qui a donc un extérieur). Mais comme je ne parlais de toute manière pas d’extérieur à l’Univers, ce propos est sans objet.

une « chose se situant au-delà de la matière et de l’énergie » peut-elle interagir avec de la matière et de l’énergie, sans laisser la moindre trace, et sans violer le « principe de conservation » ? NON !

Comment le savez-vous, puisque, si jamais une telle chose existe, on en ignore toutes les propriétés ?

« Les choses arrivent, elles se produisent. Je ne crois pas qu’on puisse le nier. » : si, aisément, parce que « les choses », c’est trop vague !

Vous avez raison de me reprendre. Disons « les évènements » à la place des « choses ». C’est-à-dire tous les phénomènes qui se sont produits jusqu’à maintenant dans l’Univers et qui arriveront dans le futur.

l’hypothèse qu’une pseudo-définition définisse autre chose qu’un ensemble vide « explose » toute la logique, au niveau le plus élémentaire.

Non, justement. Une définition de ce genre est effectivement une tautologie et ne prouve l’existence de rien, mais elle laisse tout de même le champ libre pour l’hypothèse de l’existence de l’objet. Un autre exemple : le Destin : ce qui nous arrive est-il écrit d’avance ou pas ? On ne peut pas faire d’expérience là-dessus, à moins de pouvoir voyager dans le temps, donc on ne peut pas savoir. Donc une fois qu’il nous est arrivé quelque chose, on peut toujours dire « cela devait arriver, il était écrit que je fasse tel choix, etc. ». La définition même du Destin laisse autant de place à son existence qu’à sa non-existence, étant donné la mince envergure de notre champ de perception et d’expérience. Donc il y a toujours une place pour le doute.


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès