• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de mokhtar h

sur La politique nucléaire de l'Iran


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

mokhtar h 8 mars 2010 12:22

Bon article, merci à Yvesduc, l’auteur et aux intervenants

Voila qui explique le préférence américaine et occidentale pour une « solution diplomatique », les menaces et pressions n’ayant pour but que de continuer de vendre à l’Iran, et aux autres pays candidats au nucléaire civil, leur nucléaire civil et leurs équipements au prix le plus cher. Une vulgaire affaire de marché jusqu’ici réservé.
Ma conviction est faite qu’il ne s’agit plus de non prolifération du nucléaire militaire, celui-ci étant exclu pour l’Iran, mais de l’irruption de solutions locales, indépendantes, qui ont mis fin au monopole occidental de Westinghouse et autres Areva.
Militairement, une frappe massive étant exclue pour si peu, une frappe sélective est également une hypothèse trop coûteuse au vu des représailles très faciles à portée de l’lran. Sauf pour le voyou Israël et ses véritables commanditaires les néocons Us et européens tentés encore une fois, comme avec la guerre d’Irak, de préparer le retour de Jesus et de guerroyer contre l’Armageddon, l’Anté-Christ oriental. Mais là, il faudra aussi un feu vert des Etats-Unis.
Le risque zéro, c’est fini.
Aux esprits honnêtes et lucides occidentaux de faire échec à ces fous et leurs agents stipendiés dans les médias en informant aussi correctement leurs opinions intérieures, comme vient de faire Yvesduc
En s’attaquant à l’Irak, l’Amérique imbécile, a mis ce dernier dans le bras de l’Iran. De ce fait, un regard rapide sur l’Atlas mondial constatera que l’Amérique est en retard de quelques étapes dans sa stratégie, avec son armada inutile d’une flotte surarmée et de quelques bases militaires dans les pays du Golfe, avec une capacité de destruction sans celle de vaincre.
La Diplomatie et les services secrets US ont fait merveille : De l’Irak, jusqu’en Chine et Russie, c’est un seul territoire ininterrompu aux populations devenues hostiles à l’Occident. Même la Turquie, jusqu’ici atlantiste aux dessus de tout soupçon, lorgne de plus en plus vers l’Eurasie.


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès