• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de JL

sur Procès Viguier : Olivier Durandet, un amant très très spécial


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Francis, agnotologue JL 10 mars 2010 10:49

Vous dites : « beaucoup de personnes s’interrogeaient sur les rapports étroits qu’entretenait l’amant olivier Durandet, la baby-sitter Séverine Lacoste et la police ».

Ma question est celle-ci : est-ce que certaines affaires criminelles ne seraient pas foireuses dès le départ, dès lors qu’un responsable de l’enquête a une conviction erronée et refuse par la suite d’admettre son erreur ? Autrement dit, un enquêteur qui devient fortuitement, juge et partie dans une affaire qui a priori ne le concernait en aucune façon, ne risque-t-il pas d’égarer volontairement ou non, mais définitivement certaines pistes ou pièces fondamentales de l’enquête ?

La difficulté pour l’enquête, après un tel rebondissement, c’est de repartir sur des bases saines. Il est probable que des criminels très intelligents utilisent à leur profit ce phénomène. J’ose espérer que les enquêteurs en sont conscients.


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès