• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de Julien

sur Crise de l'euro : un accord qui signe une terrible défaite


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Julien Julien 26 mars 2010 13:30

Le problème va au-delà de la spéculation.

Le problème est que les Etats n’ont plus le droit de battre monnaie (depuis la loi Pompidou-Giscard de 1973 en France, article 104 du traité de Maastricht en Europe).

En effet, ces lois
interdisent à l’Etat de battre monnaie, et l’oblige à emprunter aux banques avec
intérêt. Sachant que les banques prêtent de l’argent qu’elles n’ont pas, avec
intérêt. Et c’est pareil dans à peu près tous les pays : cela explique que presque tous les pays sont endettés.

Les banques sont donc en train d’acheter tranquillement la planète, en vivant
des intérêts perçus sur l’argent qu’elles prêtent, un argent qu’elles créent ex
nihilo. Quand le banquier vous accorde un crédit, il crée cet argent purement et
simplement.

« Par essence, la création monétaire ex nihilo que pratiquent les banques est
semblable, je n’hésite pas à le dire pour que les gens comprennent bien ce qui
est en jeu ici, à la fabrication de monnaie par des faux-monnayeurs, si
justement réprimée par la loi."
(Maurice Allais, prix Nobel d’Economie 1988)

C’est fondamental, c’est le premier problème sur la planète !
Des politiciens commencent à s’en rendre compte :

25725
(prendre à 4:30)

Sans les intérêt versés aux banques depuis 30 ans, la France n’aurait pas de
dette :


Bien sûr, ce serait encore mieux si elle avait le pouvoir de battre monnaie.

D’autres liens :

Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès