• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de Emile Mourey

sur Mont Beuvray, le séjour des dieux


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Emile Mourey Emile Mourey 14 juillet 2010 21:30

@ Antenor

Vous dites : Dans ce cas, pourquoi César a-t-il foncé plein Ouest sur Orléans depuis Sens au lien de descendre vers le Sud sur Gorgobina ?

Il s’agit là, en effet, d’un sujet de débat intéressant. Or, que dit César ? Un, qu’il ne veut pas laisser d’ennemis derrière lui et que c’est pour cela qu’il assiège Vellanaudunum/Château-landon, oppidum des Senons. Le pays senon étant neutralisé du fait de la livraison de 600 otages, on comprend que César ait poussé jusqu’à Cenabum/Orléans pour effectuer la même opération. Il n’est pas dit que la cité carnute ait livré des otages, probablement parce qu’il n’y a pas eu reddition mais prise de la ville, pillage + prisonniers. Et si des chefs carnutes se sont réfugiés en pays biturige, le raid romain au sud de la Loire a dû achever le travail.

Que dit César, deux, qu’il envoie des ambassadeurs aux Boïens de Gorgobina pour leur dire de résister, de lui rester fidèle et qu’il arrive pour les secourir. Ce qui signifie bien qu’il n’a pas l’intention de foncer immédiatement sur Gorgobina.

Trois, il y a le problème du ravitaillement. César demande aux Eduens de le lui fournir. Cela suppose des délais. En attendant, la prise des oppidum senon et carnute règle le problème du risque d’un manque de ravitaillement si César s’était dirigé immédiatement sur Gorgobina/mont Beuvray, principalement, ajoute-t-il à cause de la difficulté de son acheminement. Cette difficulté d’acheminement explique qu’il ne se soit pas aventuré immédiatement sur les mauvais chemins du Morvan et qu’il ait rejoint au plus vite la voie de la Loire

Quatre, il y a l’hiver. César insiste sur ce fait. Il se peut même que le Morvan soit enneigé. On comprend que César préfère attendre. Plus tard, Varus perdit toutes ses légions du fait de son imprudence. Et puis, en demandant aux Boïens de résister, peut-être espère-t-il, avec l’inconvénient du terrain et du climat, que c’est Vercingétorix et ses troupes qui vont se trouver en difficulté.

Enfin, quinto, Cenabum est prouvé être à Orléans, que cela soit par la carte de peutinger ou par d’autres textes. La vieille hypothèse de mettre Cenabum à Gien n’a aucun argument convaincant, ni d’itinéraire antique pour s’y rendre ; Enfin, le pont gaulois d’Orléans sur la Loire est prouvé, à l’endroit où il existait encore au Moyen-âge, et cela correspond bien à la description que donne le texte césarien.


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès