• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de rocla (haddock)

sur Le père entre réel et imaginaire


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

rocla (haddock) rocla (haddock) 1er décembre 2010 19:49

Mon père ce héros au sourire si doux .....il avait raison le vieil Hugo , et le très important est , une fois ce père disparu de perpétuer un doux souvenir malgré les embûches de la vie .Jack , vous devriez écrire une peu moins bien , que nous puissions faire des commentaires à votre niveau d’ élégance . 


Une fratrie de neuf enfants en très bonne santé je veux dire turbulents et frondeurs est chose délicate à maîtriser ce qu’ il a assumé haut la main malgré toutes sortes d’ aventures diverses . La septième naissance a eu lieu en 1951 et quinze jours plus tard nous déménagions , papa maman et la dernière née dans ses bras à l’ avant de la deux chevaux et à l’ arrière de la voiture siège ôté pour la circonstance un matelas faisait office d’ appui pour les six ainés , direction 120 km plus au sud . Arrivés dans la maison que mon père avait achetée les anciens locataires n’ étaient pas encore partis . Il restait une seule pièce innoccupée dans laquelle la petite famille de 9 a campé jusqu’ au départ des
résidents . Contre mauvaise fortune on faisait bon coeur . Ce pourquoi je rigole si facilement lorsque je vois sur Avox le jérémiades contre ceci et ceça à longueur de journées . Avoir eu un père qui assume ses responsabilité en bossant pour nourrir et loger sa progéniture est déjà une grande chance , si en plus il a le sourire comme papa de Marlon Brando faisant fondre la femme la plus glacée  et la conversation enchevêtrée de mots mesurés et sonnants que vouloir de plus ? 

Qu’ il ait été sévère au-dessus des normes saisonnières , colérique comme un Pierre Brasseur , tout lui sera pardonné au su du fait qu’ âgé d’ un dizain et opéré d’ une hernie , tous les matins vers sept il venait me dire un petit bonjour , m’ emmenant le journal de Mickey ou Tintin ou une autre revue avec des fruits ou une confiserie malgré son turbin de médecin généraliste qui lui prenait un bon tour d’ horloge par jour .

Un peu d’ amour avec un peu de colère manié de fantaisies poétiques dont il avait le secret façonnent la vie . 

Et curieusement , les neuf que nous sommes , avons chacun sa façon de parler du vieux .

Merci Jack , vous êtres le gynécologue-accoucheur des mots tendres .



Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès