• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de JL

sur Qu'est-ce que l'Ultralibéralisme ?


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

JL JL 11 mars 2011 09:22

Excellente réflexion.

J’aimerais prolonger cet excellent article par une réflexion personnelle.

On pourrait dire que l’ultralibéralisme c’est la doctrine qui accorde aux personnes morales les mêmes droits qu’aux personnes physiques. Vu ainsi, les entreprises sont comme des citoyens, et les multinationales, des citoyens cosmopolites (*).

Une personne physique a des besoins et des désirs spécifiques qui ne sont pas ceux des personnes morales. Quels sont les besoins et désirs d’une entreprise ? Faire du profit et seulement du profit.

L’autre caractère du libéralisme, c’est de déclarer que « greed is good »
 !

Freud disait : l’enfant est un pervers polymorphe. Une entreprise est un enfant qui n’a qu’un seul désir : faire du profit, mais de façon non limitée, ni quantitativement, ni qualitativement.

Il en résulte que ce « désir » des entreprises se heurte aux désirs et besoins des personnes physiques : et c’est là que le bât blesse dans un affrontement récurrent des pots de fer ( les entreprises ) contre les pots de terre ( les citoyens). Rappelons à ce sujet que les actions de groupes (les class actions US) sont interdites par l’UE.

Dans cet affrontement inégal, et du fait que le profit est déclaré bien suprême, c’est toujours l’entreprise qui gagne et rogne petit à petit les droits et libertés des personnes physiques.

Ainsi, le libéralisme a institué des « citoyens monstrueux » qui ont tous les droits, partout, en vertu du principe que c’est « pour notre bien », et réduit rédhibitoirement et inexorablement les droits et libertés des individus lambdas que nous sommes.

(*) « Au Chili, pour parler de la compagnie minière Los Pelambres, la multinationale Luksic à capitaux japonais et chiliens, on dit « la Minera ». Comme on disait jadis « la Frutera », au Guatemala ou au Costa Rica, pour la United Fruit Company. La Minera a acheté populations, médias et élus. Le maire de Salamanca la décrit comme « un bon citoyen de sa commune »  


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès