• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de fifilafiloche

sur Les derniers jours d'un condamné


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

fifilafiloche fifilafiloche 14 avril 2011 23:45

A quand l’explosion ?


Aux prochaines échéances électorales américaines bien évidemment. Jusque là les rachats d actifs par la Fed (dettes immobilieres, indices américains) continueront car une fois la machine enclenchée, elle devient folle, hors de contrôle des Etats.

La crise du crédit occidental est cependant souhaitable. Il est temps de redistribuer les cartes de la rente vers le mérite, et cela ne peut passer que par une déflation des actifs servant de support à la création monétaire supposée compenser notre desindustrialisation : immobilier et bourse.

Aujourd’hui, en France, la jeunesse est vampirisée par une gerontocratie exigeant toujours plus de sang frais : 

Rente sociale avec des retraites leur laissant un pouvoir d épargne alors qu’ils devraient en fin de vie consommer leur épargne. Avec un deux actifs pour un retraité, c est 33% des salaires d un jeune qui va alimenter cette chaine de Ponzi.

Rente immobilière : les prix de l immobilier décorellés des salaires donnent bien peu de chance aux primo accédents d acquérir un toit sans s engager pendant 20 ans. Ceux qui ne peuvent apporter de garantie sont condamnés a verser une rente leur confisquant un autre tiers de leurs revenus.

Rente du déficit budgétaire : le déficit budgétaire recurrent fait du service de la dette le premier poste budgétaire de l Etat. Cette dette des reformes toujours reportées, ce sont encore aux jeunes à les payer avec des prélèvements obligatoires toujours plus élevés, alors que les papy boomers eux se servent des interets sur cette dette exponentielle à travers l assurance vie.

Ajouter à cela les éléments hors bilan : l arrivée en retraite des agents publics recrutés massivement dans les années 80 pour alléger les statistiques du chômage. Leurs retraites non comptablisées comme une dette et non financée par leurs cotisations, vont venir alourdir considérablement une dette publique déjà hors de contrôle et 50% supérieure aux critères de convergence de Maastricht.

Et quels seront les relais de croissance pour créer les recettes permettant d inverser la tendance ? Avec une industrie délocalisée et l absence de matière première, on voit bien que l’équation est impossible et la seule solution est le dépot de bilan...qui implique de léser les rentiers pour revaloriser l initiative, l imagination et le travail.

Notre malheur, c est l Allemagne, qui elle n a pas fait le choix de la rente, mais de l industrie. Etant donné que nous sommes dans une monnaie commune, la vertue teutonne empêchera une dévaluation massive de notre monnaie, la torture chinoise de la déflation des actifs, des rentes mobilieres, immobilieres et sociales, sera donc lente et d autant plus douloureuse.

Je n envie pas le sort des responsables politiques de l exercice 2012 2017, ils serviront de bouc emissaires à 40 ans de lacheté existencialiste

Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès