• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de Walid Haïdar

sur Gauche, quelle majorité électorale pour 2012 ?


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Walid Haïdar 17 mai 2011 20:51

En gros, Terra Nova propose de ne pas faire cas de ce que signifie être de gauche, ni des conditions dans lesquelles ont peut mener une politique de gauche, mais de définir une stratégie de racolage sans que le projet compte, ou sans qu’il soit porté par des gens qui en sont convaincus.


Il oppose les valeurs à l’action sociale concrète. Il oppose la défense des classes « inférieures » à la défense des valeurs progressistes. Cette opposition est insensée, perverse, et en dit long sur l’état de délabrement de la sociale-démocratie.

Mais entre Mélenchon et le PS, c’est le programme du PS qui a pour le moment, et de loin, le plus de points communs avec le programme réactionnaire du FN. Mélenchon n’a pas fait de calcul politique en proposant de régulariser les travailleurs sans papiers : il défend des valeurs, des principes, qui sont en cohérence avec son programme politique, même si cette idée fait peur à une partie de la classe ouvrière, et de la classe moyenne. Même si tout le monde, y compris les social démocrates, en sont rendus à ne même pas pouvoir penser cela ralisable : parce que comme pour le reste -, la sociale démocratie a été gangrenée par le système de pensée de la droite : il ne vous reste que l’anti-racisme, le féminisme (et encore, vu le comportement de certains sur l’affaire DSK...), et la défense des homosexuels. Mais tout cela n’a rien à voir avec le progrès, et n’est en rien en opposition avec un projet de changement de société radical, économique et social, bien au contraire. Mais vous ne pouvez le comprendre, car pour vous les ouvriers sont des abrutis qui ne comprennent rien et qui sont devenus racistes à jamais. D’ailleurs, vous ne vous demandez même pas si ce n’est pas justement la dérive droitière du PS et des social-démocraties, leur soumission à l’ordre établi, qui n’aurait pas retourné les classes ouvrières contre la social-démocratie. Vous ne vous demandez pas si les valeurs de gauche, non seulement sur les moeurs, mais surtout sur le modèle de société, l’économie, sont défendables en catimini, ou si elles nécessitent un combat de front contre le système dévastateur que nous continuons de souffrir.

Terra Nova croit donc encore qu’on fait de la politique à gauche avec des calculs d’apothicaires et des farces et attrapes, des bons mots et des bons sentiments. Cela s’appelle se foutre de la gueule du monde et c’est exactement ce qu’a fait Barack Obama, qui après sa campagne pour le super changement des gens qui peuvent, a, avant même d’entrer en fonction, soutenu à 100% le plan PAulson, dont l’auteur est un ancien dirigeant de Goldman Sachs, et qui consistait simplement à socialiser les pertes après avoir permis aux privés de se gaver. Ensuite Obama a choisit pour s’occuper de l’économie de son pays, les économistes, et notamment Larry Summers, qui ont oeuvré avec toute leur énergie pour leur dogme ultra-libéral, en brisant le glass-steagal act instauré par Roosevelt au sortir de la crise de 29. Ceci sous Clinton, et ayant largement contribué à la crise que nous connaissons. Le même et d’autres en post à Washington sous Obama, avaient à l’époque tout fait pour empêcher toute régulation et contraintes sur les produits dérivés, pourtant dénoncés par une courageuse haute fonctionnaire de l’époque.

Toutes ces choses seront dites pendant la campagne et tombera nous l’espérons le masque débile de la sociale-démocratie, ennemie des peuples et amie des puissants, croyante en la vertu de la soit disant modernité qui consiste à se plier à l’ordre établi.

Non, la modernité c’est de changer de système après avoir constaté son état de pourrissement avancé.

Nous vous combattrons et nous finirons par l’emporter.

Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès