• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de easy

sur DSK, les 5 vrais coupables (suite) : un cas purement de conscience


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

easy easy 21 mai 2011 15:30

Ce sujet du sublime m’intéresse au plus haut point.


Dans un tout premier temps, peut-être parce que trop choqué, trop menacé (il aurait pu être tué pendant la perp walk) DSK n’a pas semblé accorder la haute place qu’un homme pétri de noblesse aurait accordé à la parole une personne de petite condition au détriment de sa propre gloire ou crédibilité (geste sublime qui, à ma connaissance n’a jamais été réalisé par qui que ce soit sur Terre, pas même par Jésus) 

Mais à partir de maintenant où il peut davantage réfléchir et où il est entouré de personnes lui prouvant un attachement sublime, il est dans de meilleures conditions pour faire ce geste extraordinaire que j’espère voir depuis toujours.

Si dans les jours qui suivent, j’observe que ce princissime continue de chercher à décrédibiliser la parole de cette petite femme, je resterais profondément déçu de l’Homme.

Il peut et doit dire sa manière de voir les choses, il peut dire sa différence, il peut la contredire. Mais s’il a une grandeur d’âme, s’il est exceptionnel, il ne doit rien faire pour discréditer son accusatrice, pour la faire passer pour une folle ou une menteuse

J’attends donc beaucoup de lui.





Mais déjà, j’ai des doutes. 

Sa sortie de route, profonde ou pas, était quelque chose qu’il devait forcément imaginer puisqu’il était plutôt du genre à rouler trop vite, à griller des stops et il l’aurait même déjà dit envisager l’accident.

Je ne sais pas vous, mais moi, quand je roule, c’est très souvent que je me dis, si je dérape, je ferais ceci ou cela. De sorte que si l’accident se produit, je réagis quasiment comme prévu (deux fois déjà, sur la vraie route, j’ai évité la cata grâce à un réflexe pré acquis) 

Si donc DSK avait eu une forte éthique allant à considérer que « Si un jour une petite se plaint, je ne chercherais pas à la discréditer » ce jour où la Police était venue le cueillir dans l’avion, le temps d’arriver au commissariat, il se serait dit « Bin voilà, ce grand jour est arrivé et je vais tenir la promesse que je m’étais faite, je ne vais pas chercher à casser mon accusatrice. D’autant qu’elle est la plus minuscule de toutes les petites dont j’ai abusé »
 

Nous verrons bien ce qu’il fait dans les prochains jours, mais je crains que son entourage, que ses soutiens ne le poussent à conserver son attitude première allant à discréditer la petite accusatrice. 

Car au fond, il est tout de même plus facile pour un homme se retrouvant complètement seul de se dire « Bof, après tout, je n’ai plus rien à sauver socialement et familialement. Je peux donc faire une folie éthique et accorder la meilleure place à mon accusatrice » 

Or s’il existe des sorties de route qui isolent complètement un homme (sorties de route exécutées par lui en sorte d’acte manqué réussi) DSK a choisi (consciemment-inconsciemment) une sortie de route certes déchirante et sidérante mais non complètement isolante. Il bénéficie encore d’énormément de soutiens.

Ainsi, DSK ayant (consciemment-inconsciemment) choisi une sortie de route le laissant encore entouré, il « voulait », dans la pire des situations, devant le plus grand problème de conscience, subir l’influence de très proches. Il a « voulu » rester dépendant de pressions en « fais-ci, ne fais pas ça ».
C’est là une attitude plutôt normale, non extraordinaire, non isolationniste, offrant peu de chances à un geste sublime. 

Pour faire quelque chose de sublime, il faut certes en avoir toujours eu envie et il faut, quand l’occasion se produit, se retrouver absolument seul pour ne plus subir la moindre pression partisane, pour décider en son âme et conscience et non selon la volonté de son entourage.

Hormis le cas d’un éventuel complot, cette femme de chambre avait immédiatement porté plainte et ne cherchait alors à défendre que sa seule dignité. Il faudrait qu’en face, DSK n’ait à défendre que sa seule dignité, celle de personne d’autre. Et cela quelles que soient les coagulations unilatérales qui ne manquent pas de se produire sur chacun des deux protagonistes.
Surtout dans une affaire de sexage, chaque protagoniste devrait se retrouver seul face à l’autre. En interdisant à quiconque de profiter de l’occasion pour régler quelque compte par procuration.




A part ça, toujours sur registre du sublime, il manque bien du Monde à l’appel.
A priori, DSK aurait fait l’amour avec beaucoup de femmes. Dans des conditions peut-être variables mais certainement parfois correctes ou équitables. Où sont-elles ces partenaires qui pourraient témoigner que DSK n’est pas constamment un violeur ? Je parle ici de leur propre conscience à ces dames. Je parle de ce qui aurait pu être pour elles une occasion de faire quelque chose de sublime « Bin oui j’ai couché avec lui pour 100 balles ou pour un job ou par pur plaisir de coucher avec un dieu, mais c’était équitable. Je ne me suis pas sentie violée » 

Chacun pourrait, s’il était romantique, chercher constamment l’occasion de faire un geste sublime. Ces dames qui auront couché avec DSK tiennent cette occasion. Mais rien, on ne voit absolument rien dans le genre. Aucune ex partenaire ne se sera découverte en cette occasion (ni en pour ni en contre) Chacune préférant se taire et se terrer.
Si donc DSK voulait fournir la preuve qu’il n’a pas violé à chaque fois, il lui faudra supplier ces ex partenaires. 

Pour l’instant le seul sublime c’est sa femme Anne et sa fille Camille qui l’ont fourni en osant s’afficher aux côtés du « perpetrator ». (Pour autant, j’espère qu’elles n’encourageront pas DSK à briser la crédibilité de la petite accusatrice)


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès