• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de HELIOS

sur L'avenir de la circulation et de la mobilité des personnes dans les grandes agglomérations


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

HELIOS HELIOS 19 juillet 2011 14:30


Bonjour,
A conserver un systeme de liberté et de competition economique tel que nous le connaissons aujourd’hui, les transports en commun ne répondendent que tres partiellement aux differents problemes de mobilité.
Comme pour l’energie, pour laquelle celle qui n’est pas consommée est la plus interressante, les déplacements qui ne se font pas sont ceux qui nous guiderons surement dans l’avenir.

A evaluer les besoins (references a venir...) il semble qu’un plafond en volume de 30 a 35 pour cent de systemes collectifs / le transport global est deja une avancée enorme et helas une limite qu’il sera difficile a atteindre.

Soyons realiste et contentons nous déja de ces objectifs, sans integrisme, et pour cela chassons tout de suite 2 poncifs :
Le transport est polluant et le transport est dangereux !
Ces affirmations vont tres vite disparaitre a l’echelle du temps et nous ne nous en preoccuperons bientôt plus.

Il reste l’organisation des agglomerations.
C’est a ce niveau que resident les marges d’efficacité.
Il n’est plus acceptable de definir des organisations où les lieux de vies sont incompatibles avec les activités. A grande echelle cela s’appelle la « decentralisation ». Evidement les principaux freins ne sont pas techniques, on s’en doute bien.

Evaluons bien les outils mis a notre disposition, trains, bus, vehicules individuel... je ne parle pas des moyens de tres longue distances qui n’offrent pour cette reflexion que peu d’interet.

Compte tenu egalement de la complexité a gerer (imaginez la matrice si on souhaite etendre les moyens collectifs repondants a toutes les attentes), les vehicules individuels sont encore la pour longtemps, tres longtemps.
Prenons en acte et mettons en place l’optimisation adequate :
.... dans les esprits en tolerant largements les aleas du temps de deplacement...
.... dans les conditions de circulation en mettant en place des systemes d’acceleration de flux (information, raccourcis, passerelles et mini tunnels, systemes de regulations intelligents)
... a la source et a la destination en gerant l’intermodalité et le parking
... enfin dans l’objet même du deplacement en limitant autant que faire se peut l’imperatif en assurant la delegation commerciale et administrative, car il n’est pas normal de faire tout un circuit pour se fournir ou effectuer des demarches « physiques » en de multiples points.

Alors, je sais bien que mon message ne plaira pas, car il suppose une perennité du deplacement individuel par automobile. Qui va me dire, hormis quelques parisiens privilegiés, qu’on peut laisser sa voiture au garage ? Les 10 000 km parcurus en moyenne par les français, si on retire la moitié pour quelques vacances et plaisir dominicaux sont bien reels et irremplaçables par un RER/metro/bus dans des conditions professionnelles acceptables.


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès