• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de Leo Le Sage

sur La dette publique en France et en Europe


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Leo Le Sage 5 juillet 2012 08:50

@auteur
Vous dites : « D’un côté se trouvent les « bons élèves » tels que la Bulgarie, la Roumanie, la République tchèque, la Pologne, la Slovaquie »
Des pays où tout est à reconstruire auront forcément un taux de croissance souvent supérieur à 5%.
Les pays scandinaves sont des pays qui souvent possèdent des ressources de qualité : Norvège, Danemark, ...

Le PIB de moins point de vue n’est pas un indicateur pertinent. Le Coefficient de Gini me paraît être plus opportun.
[à la limite utilisez l’Indice de développement humain]

Vous dites : « Pierre Moscovici, [...] ministre français de l’économie du gouvernement [...] s’est engagé à les [déficits] limiter à 3% du PIB »
Si je ne me trompe pas, il est illégal d’avoir un déficit qui dépasse 3%. Par contre il n’y a pas de sanctions...

Vous dites : "il est de notoriété publique que les politiques d’austérité, [...] appliquées à travers le Vieux Continent, sont économiquement inefficaces. Elles ont même un effet inverse« 
Pour appuyer vos dires la plupart des pays qui ont appliqué les injonctions du FMI à travers le monde vont mal.
Au contraire ceux qui ont osé dire non, sont de bons élèves du FMI [bon élèves = leur économie se porte bien]

Vous dites : »Ainsi, l’Etat se trouve contraint d’emprunter et de payer des intérêts auprès d’institutions financières privées, alors qu’il pouvait, jusqu’en 1973, créer de la monnaie pour équilibrer son budget, par le biais de la Banque centrale.« 
Un problème évident qui sous entend que les finances de l’état dépendent du bon vouloir de la finance...

Vous dites : »Le [...] pouvoir de création monétaire [...] était une prérogative exclusive de la Banque centrale, c’est-à-dire de l’Etat [...]« 
La Banque Centrale ce n’est pas l’Etat, c’est une institution indépendante. (src : Banque de France - Wikipédia )

Vous dites : »elles peuvent emprunter autant de fonds que nécessaire auprès de la Banque centrale à un taux souvent de 0%"
Dans le cas où nous sommes en crise, le taux est très voisin de 0% sinon c’est beaucoup plus...
De plus, je ne crois pas que M.Allais ait voulu dire que l’Etat ET la Banque centrale aient le monopole de la création monétaire.
Je crois plutôt qu’il a dit que seule la Banque centrale devrait avoir ce monopole en tant le représentant monétaire de l’Etat.

Cette phrase de M. Allais me plaît beaucoup, je ne me lasse pas de le relire depuis longtemps :
"la création monétaire ex nihilo que pratiquent les banques est semblable, je n’hésite pas à le dire pour que les gens comprennent bien ce qui est en jeu ici, à la fabrication de monnaie par des faux-monnayeurs, si justement réprimée par la loi« 

Vous dites : »Dans le même temps, lorsque l’Etat et la Banque centrale européenne renflouent les banques privées en difficulté – c’est-à-dire qu’ils procèdent à leur nationalisation de facto sans bénéficier d’aucun avantage, comme par exemple un pouvoir de décision au sein du Conseil d’administration, ils le font avec des taux d’intérêts moins élevés que ceux que ces mêmes entités financières appliquent à l’Etat« 
FAUX :
Si vous vous êtes en faillite et que l’Etat vous prête de l’argent, vous êtes nationalisé ?
Si quelqu’un vous prête de l’argent parce que vous êtes dans une situation difficile vous êtes à ses pieds ? Meu non... !
Vous prenez l’argent et vous vaquez à vos occupations. Nan ?

Vous dites : »enrichir les banques privées sur le dos des contribuables"
Non, pour être exact : enrichir les banques au détriment de l’Etat. Le contribuable n’est pas directement victime.
[Les banques ne viennent pas chercher des sous chez vous en frappant à votre porte]

Mon avis
Quelques incohérences dans votre article. J’ai moinsé non pas parce qu’il y a quelques fautes mais plutôt parce que vous êtes Docteur ès ...
En effet, je donnerais un plus à un ados pour un tel article car il pourrait ne pas connaître certains éléments.
Vous vous pouvez trouver très facilement les réponses...
Par exemple vous dites : "Pourtant, il suffirait de redonner l’exclusivité de la création monétaire à la Banque centrale pour résoudre le problème de la dette"
Alors que plus haut vous parlez de donner à l’Etat l’exclusivité de ce pouvoir...

On sait que l’austérité empêche l’investissement et en particulier va évidemment nuire à plus ou moins brève échéance à la compétitivité et au final va faire perdre des emplois.
Ce n’est pas une raison pour sous entendre que l’Etat devrait avoir le droit d’emprunter à un taux zéro.
Déjà que l’Etat emprunte beaucoup en ce moment malgré le taux prohibitif, imaginez ce que l’état oserait faire si elle avait le droit d’emprunter à un taux zéro.
De plus trop de monnaie crée de l’inflation, et si cette inflation est mal maîtrisée la banque centrale serait obligée, dans le cas d’une inflation importante d’augmenter son taux directeur.
Imaginez le coût d’un emprunt pour un ménage lambda...

Je rappelle quelques évidences :
Oui, la banque centrale doit être indépendante.
Pour que cela soit possible, il faut que le gouverneur de la Banque centrale soit une personne que l’on ne peut changer au gré de vent.
[Les ministres sont interchangeables]
En effet, un parti politique peu scrupuleux pourrait très bien tirer partie de sa présence au sein de l’Etat tout puissant pour exiger qu’une politique monétaire soit mis en oeuvre plutôt qu’une autre.

LINK
Evolution du taux directeur de la BCE (en bleu) et de la FED (en rouge) www.leitzinsen.info
On remarquera que le taux est voisin de zéro car nous sommes en crise. smiley

Cordialement

Leo Le Sage


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès