• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de eric

sur Les faces du socialisme


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

eric 3 septembre 2012 10:09

Sans interet.
Nous savons de longue date ce que peut etre le ’socialisme’. Il y a 200 ans environ que des gens s’en reclamment. Sur la duree, certains ont ete au pouvoir plus ou moins longtemps. Chaque fois que cela a dure, on nous explique que ce n’etait pas le vrai socialisme. Confere le socialisme reel des pays de l’est ou le Miterrandisme. Chaque fois que cela n’a pas dure, on nous explique que c’est la faute de quelqu’un d’autre... Bref, le socialisme n’a jamais existe. Sur la periode et vu le nombre de personnes concernees, ce serait en soi le constat que ce truc ne marche pas et ne peut pas marcher. Toutes les experiences « socialiste » sont aposteriori denoncees par les « socialistes ».

Pourtant les socialistes contemporains revendiquent malgre tout quelques « moments ».
Les seuls experiences « socialistes » revendiquees sont des « fetes », des carnavals au sens de
Rene Girard, c’est a dire un vaste bordel d’indifferentiation potentiellement plusou moins violent, qui se termine par une mort plusou moins symbolique. De la terreur a mai 68 en passant par le front popu. tous les happening socialisant presentent ce meme aspect d’une fete plus ou moins exaltante apres laquelle on se reveille avec une vague nostalgie et une grosse gueule de bois.
Cette incapcaite du « socialisme » a s’incarner dans le reel est typique d’un courant d’idee essentielement religieux et contemplatif autant que protestataire. Ces « moment » comme dans les religions paiennes, ont pour but de retremper la foi et de recreer la communion fusionelle, la chaleur du groupe, entre des gens qui sont un peu paumes.
En face, il y la democratie liberale, sous des aspects changeant et evolutif, qui elle a toujours existe et agit. Le moindre paradoxe etant qu’elle a toujours atteint et depasse les objectifs que se fixaient les socialistes, sans heurt et sans violence.
Aujourd’hui, apres 200 annnees qui verifient systematiquement cette analyse, la conclusion est qu’une adhesion a des visions « socialiste » du monde s’aparrente largement a une pathologie ou au moins a une forme d’obscurantisme.


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès