• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de Emmanuel Aguéra

sur Touchez pas à mon uranium


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Emmanuel Aguéra Emmanuel Aguéra 30 septembre 2012 12:39

De la nucléopathie (je la retiendrai, celle-là !) à l’uraniophilie, on s’arrange un peu avec le mélange des genres.
Si en effet la lecture des agissement d’Aqmi peut et doit à mon avis aussi se faire indépendamment des évènement lybiens (sauf en matière de récup d’armement, mais c’est monnaie courante après une chute de régime, n’est pas Syrien et voisin du Qatar qui veut), il n’en reste pas moins que le bordel ambiant dans le Sahara n’est de nature à rassurer ni les pays de la régions où la stabilité politique apparaît endémiquement (et l’héritage colonial n’en est pas innocent) bien fragile.
Les missions aériennes de « reconnaissance » menées en continu par la France dans la région sont symboliques et n’ont probablement pour sens que d’éviter une impuissance et une démission trop apparente vis à vis à la fois des familles, de l’opinion publique, en France comme au Sahel, et évidemment d’Areva et de son personnel. Mais cette impuissance me semble évidente, car ce territoire où se balladent quelques avions que Morice se fera un plaisir à nous décrire, est grand comme 3 ou 4 fois la France et l’on comprend dès lors le besoin de Hollande d’un recours à une coalition. Humanitaire, bien sur...
L’auteur a cent fois raison d’insister sur ce point, et il nous saute à la gueule que les couleurs politiques n’ont pas grand sens sur ce continent dont le vol systématique et institionalisé des matières premières, notamment énergétiques, apparaît comme le garde-fou contre l’aggravation de notre crise financière qui fait rigoler dans cette région où l’on récupère les tubes cathodiques que l’on jette ici au profit des plasma ultra larges.

On n’est pas loin de l’appel de Bush à partir en croisade pacificatrice contre un Irak débordant d’or noir...

Potr finir, j’ajouterais que l’énergie se révéle de façon de plus en plus évidente à la fois comme la source véritable de notre crise... et en grande partie (excusez le gros-mot qui va suivre !) de la dette de notre occident « civilisé ». Je le crie depuis le premier choc pétrolier de 1973, qui ne fut pas pour moi un hasard, au moins en ce qui concerne l’hexagone, puisqu’il intervînt et marqua la fin du Gaullisme et de son contigent de garanties France-Africaines que l’on ne cesse d’essayer de prolonger depuis... Vains et éphémères sparadraps aux doux noms de Kabyla, Ouattara, etc...
Oui, la crise de ce XXI° siècle a commencé en 73, je l’attends depuis 40 ans, la voici et elle consacre la fin de 3 ou 4 siècles de croissance occidentale basés sur la spoliation systématique (et les massacres divers) des différents empires coloniaux.
Mais c’est une autre -et longue- histoire... l’Histoire.


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès