• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de Pierre-Marie Baty

sur Elle vend sa virginité pour 780'000 dollars


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Pierre-Marie Baty Pierre-Marie Baty 28 octobre 2012 13:04

Bonjour,

Contrairement à ce que vous pensez ce n’est pas la première fois qu’au Japon un homme achète le pucelage d’une femme. Du temps du Japon impérial c’était même chose courante : les geishas (qui ne sont pas des prostituées de luxe, mais davantage une sorte de caste d’enseignantes des bonnes manières, y compris dans le domaine sexuel) vendaient extrêmement cher leur premier rapport sexuel (qui portait le nom de mizu je crois), dans une sorte de mise aux enchères supervisée par la directrice de la maison à laquelle appartenait la geisha.

Quand les troupes américaines ont « libéré » le Japon, les soldats américains furent pour beaucoup dans la désacralisation du métier de geisha. Un grand nombre d’entre elles ont subi leurs rapports avec les américains comme un véritable traumatisme et ont sombré dans l’alcoolisme et la prostitution.

Il faut faire un effort puissant, de notre point de vue occidental, pour s’imaginer que le métier de geisha au Japon était en fait vu comme l’opposé total de la prostitution, mais comme un métier honorable, un métier d’art, aussi désiré par les jeunes filles japonaises que l’est actuellement pour les nôtres le métier de mannequinat.


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès