• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de velosolex

sur La bible et le fusil


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

velosolex velosolex 21 décembre 2012 04:20

Zen

Il est très tard, ou très tot. L’insomnie, m’a chassé du lit. J’ai eu la surprise et le bonheur de me relire dans votre article, dont vous avez bien enrichi mes propos, avec tous ces liens précieux.
 Internet et agora permettent bien des ramifications et des enrichissements, qui se répondent l’un à l’autre.
J’ai beaucoup apprécié aussi l’article et la personnalité de R-sistons, en tribune libre, et son article : « etats unis la violence au quotidien », et les réponses, du moins certaines, mais même celles qui nous dérangent, comme dans toutes formes de débat, peuvent nous stimuler.
Les couleurs flamboyantes qui couvrent le« stars and stripes » sont bien ténues, et tout le patriotisme affiché me semble cacher une volonté de cacher les coutures, bien fragiles tout de même.
C’est un fait que ce pays s’est construit sur la violence et le manichéisme, mais n’a malheureusement pas su se réorienter ensuite, d’une façon plus nuancée et humaine, continuant à véhiculer le mythe de l’eden, mais aussi de la peur, avec tous les prolongements que l’on sait dans la violence, et les exorcismes de toutes sortes.

Il n’existe pas beaucoup d’alternative à l’american way of live, et quand celui ci est mis à mal, alors les gens sont me semble t’il moins préparés que les autres à entrevoir des réponses rationnelles.
Nul doute que cet adolescent, relève cauchemar de l’Amérique.
Qu’a t’il fait d’autre que de régler son problème que de la façon qu’on lui a appris, par son expulsion au niveau de la violence, cet extériorisation qui vaut sens de catharsis pour tout un peuple, les autres dans l’émotion, l’hystérie collective, pleurant au lieu de se remette en question.
Les américains sont semblent t’il le mieux préparé à la fin du monde.
Du moins à leur manière, c’est à dire en construisant un abri anti atomique dans leur jardin, et en le remplissant de conserves.
Voilà quelques temps que ce schéma les travaille.
Ces derniers temps, Jeff Nichols a sorti « Take shelter », un très bon film sur un américain moyen persuadé intimement par des visions récurrentes, qu’un cataclysme approche, et qu’il doit protéger sa famille.
Nous avons eu aussi « la route » de Jon Hiscoat, ce road movie apocalyptique, d’un père et de son fils. La catastrophe, et le retour à la vie archaïque de pionnier, obligé de survivre dans un univers hostile est le mythe fondateur des états unis.
 Il explique en partie cet attachement aux armes, encouragé bien sur par un lobby.
Tant de composantes sont à l’œuvre qu’il serait illusoire de les aborder toutes, mais il est un fait que la catastrophe , suivie d’une happy end, sont des éléments constitutionnels faisant que ce peuple n’a pas trop envie de se remettre en cause. Les guerres et les crises économiques lui ont toujours profité.
Rien de tel qu’une vrai catastrophe ou une défaite, pour remettre vos valeurs en question. Celle du Vietnam ne fut que trop légère, et trop lointaine.L’ Allemagne a fait le deuil de son impérialisme, et semble vaccinée pour longtemps de nous rejouer la suffisance guerrière.

Je ne souhaite évidemment que rien de semblable n’arrive aux états unis,( tant d’ailleurs tout est imbriqué) mais il serait temps que ce pays se rende compte qu’elle n’est pas une ile, et que le clivage, la violence, et la mercantilisation de toutes les valeurs ne peuvent que mener au pire, envisageable maintenant, et pas seulement par les climatologues.


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès