• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de Mwana Mikombo

sur Rwanda-RD Congo : Le Rwanda est bien à l'origine des problèmes du Congo


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Mwana Mikombo 22 février 2013 01:45

@Muavuli – Mais dites- donc, vous ne vous moquez pas un peu du peuple congolais, non ? Vos 6 à 8 millions de morts dans le Nord-Kivu, région où opère le M23, ne sont-ils pas une fiction fantaisiste ? Le Nord Kivu comptait à peine 6 millions d’habitants en 2010 (1). Il n’y aurait donc plus âme qui vive dans la province du Nord-Kivu, toutes décimées par le « génocide » ? Mais alors où est passée la multitude d’ONG qui grouillaient dans la région ? Elles se sont volatilisées sans laisser de trace ou alors elles ont-elles aussi disparu dans le « génocide » perpétré par le M23 et les rwandais ? C’est pourtant la mission des ONG d’observer la région, non ? Que de peine pour la propagande rien que pour éclipser le génocide rwandais ! Le fanatisme poussé jusqu’à son paroxysme est très ridicule. On voit que le grotesque est plutôt de votre côté.

Vous agitez le génocide. Il ne faut pas jouer avec les mots sur la vie des populations. Jusqu’à preuve sérieuse du contraire, il n’y a pas de génocide ni en cours, ni qui se serait déroulé dans un passé plus ou moins récent, dans la région du Kivu. Certes, dans cette région, il y a une guerre qui dure depuis le génocide rwandais, avec ses rebondissements et atrocités. Bien sûr qu’il faut la montrer, qu’il faut sensibiliser l’opinion sur la réalité de ses exactions et atrocités, qu’il faut tout faire pour épargner les populations et l’arrêter le plus rapidement possible. Mais vous n’en êtes pas plus préoccupé que tout le monde. Peut-être que demain, la situation évoluera autrement, que cette guerre se transformera en génocide, ce qui n’est pas du tout souhaitable. Mais à ce jour, il n’y a pas et il n’y a pas encore eu de génocide. Vous souhaitez sans doute qu’il y ait génocide au Kivu pour pouvoir effacer le génocide rwandais de la mémoire et ainsi soulager vos fantasmes. Mais c’est d’un cynisme et d’une imbécillité inqualifiables.

Vous dites que je multiplie des affirmations « tellement grotesques ». Lesquelles ? Vous pointez mon affirmation que l’ex-Zaïre a commandité le génocide rwandais. « Pas un seul chercheur n’a osé avancer une affirmation aussi ridicule », vous indignez-vous. D’abord les points sur les i puisque vous n’en avez pas le souci. Un voleur admet difficilement, sans contrainte qu’il est un voleur. Premier point. Le complice d’un voleur admet encore plus difficilement qu’il est lui aussi un voleur. Deuxième point. Le receleur d’un objet volé admet encore plus…plus…plus difficilement qu’il est un voleur. Troisième point. C’est encore plus compliqué quand c’est le voleur ou son complice qui tient l’enquête. Quatrième point. Dans ces conditions, tout indice probant suffit pour faire peser, au strict minimum, la présomption du vol. Prenons le cas de l’ex-Zaïre.

On se situe dans la période de la débâcle des génocidaires, la débâcle du « Hutu power ». Voici ce que sait le monde entier :

« Compte tenu à la fois du dossier singulier de Mobutu et de la maladie qui lui fut fatale, nombreux sont ceux qui furent déroutés lorsque la France, sans grande résistance de la part des États-Unis, insista pour que les réfugiés, incluant ceux qui avaient planifié et exécuté le génocide, soient placés sous l’autorité de Mobutu, ce dernier étant, selon les termes du Président de la France Jacques Chirac, « l’homme le mieux placé pour représenter le Zaïre et trouver une solution à ce problème [des réfugiés]. ». (2)

L’ex-Zaïre a donc servi d’abri, de lieu de refuge des planificateurs et exécuteurs du génocide rwandais où ils étaient accueillis à bras ouverts et protégés par les autorités zaïrois pour le compte de la France. L’ex-Zaïre est donc coupable de complicité et de recel des planificateurs et exécuteurs du génocide rwandais, c’est-à-dire des commanditaires et exécuteurs. L’ex-Zaïre a donc commandité le génocide rwandais. La responsabilité de l’ex-Zaïre ne commence pas seulement au moment de la débâcle des génocidaires. Cette responsabilité de l’ex-Zaïre, en commandite du génocide rwandais, est engagée au moins depuis le début du génocide. En effet :

« …la position de Mobutu pouvait difficilement être plus transparente. Partisan d’Habyarimana et de sa clique depuis le début, Mobutu s’associait désormais aux génocidaires, les défendait sur le plan diplomatique et leur procurait des armes » (3).

Voilà qui est clair et sans détour. L’ex-Zaïre a bel et bien été une plaque tournante du génocide rwandais pendant et longtemps après, même jusqu’à ce jour. Une autre plaque tournante, la principale, étant Paris. Peut-être que le rapport, ici cité de l’OUA, a été pondu par la propagande du Rwanda. Mais c’est à vous de le dire et le démontrer. Donc lorsque vous écrivez étant sûr de vous que « PAS UN SEUL CONGOLAIS. Le génocide fut une affaire entre Rwandais, alors assumez et arrêtez d’accuser le monde entier. », soit vous ignorez tout de la situation des grands Lacs, auquel cas on est en droit de se demander si vous êtes congolais, soit vous êtes de mauvaise foi. Dans tous les cas vous mentez, et vous mentez effrontément ! Et c’est à vous de fermer le caquet ! Mais vous ne le pouvez pas car le vice jusqu’à ce point est souvent inguérissable. Et si vous pouviez fermer le caquet, vous l’auriez déjà fait à propos de Lumumba dont vous êtes éloigné à des milliards et milliards d’années-lumière. Mais vous avez bien le droit de contempler Lumumba car même le chien a droit de regarder passer un évêque.

Après, vous dites ; « Sur l’Union des africains, je ne sais pas ce qui vous motive. A mon avis, les Congolais ne sont pas demandeurs. Surtout pas s’unir avec les Rwandais dans les conditions actuelles ». D’abord, ma motivation est strictement portée par l’émancipation des peuples d’Afrique Noire et de la diaspora du joug de leurs prédateurs. Quant à affirmer que les congolais ne sont pas demandeurs de l’union avec les rwandais, soyez rassuré, les congolais, comme les rwandais, attendent que l’offre leur soit proposée par leurs élites, une offre sincère, sérieuse, dans un esprit de solidarité, de concorde et de collaboration fraternelle dans la poursuite du bien-être commun de leurs populations.

Quant à votre « partenariat stratégique » avec la France ou quelque autre puissance colonialiste occidentale ou arabe, çà ne peut être qu’un marché de dupe comme cela a toujours été le cas. Mais, en tant que mégaphone de Mobutu et de la France, seriez-vous insatisfait de votre salaire pour être encore en train de rechercher un autre « partenariat stratégique » ? Bon, allez-y, foncez et bon courage ! Pour nous, le temps du manège des « partenariats stratégiques », bras dessus et bras dessous avec nos prédateurs, est révolu. Nous sommes irrévocablement convaincus que le vrai partenariat qu’un africain noir peut et doit promouvoir, c’est l’union pour de vastes Etats régionaux nègres, bases d’appuis d’un Etat fédéral continental noir. Tout le reste n’est qu’une plongée à la verticale dans le précipice.

(1) http://www.provincenordkivu.org/index.html

(2) La région après le génocide - Commission d’Enquête Citoyenne 

Voir aussi le rapport de l’OUA en PDF sur le lien Version PDF du rapport - chapitre  20 ; paragraphe 20.1 à 20.4



Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès