• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de Mathieu

sur Prisonnier politique Bové Joseph, levez-vous !


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Mathieu (---.---.228.253) 14 février 2007 12:51

Bonjour,

Eh oui, Bové, n’est pas pour les biocarburants. Je trouve que ça position n’est pas bonne mais c’est la sienne !

Pour ce qui est des OGM les plus connus (ceux de Monsanto en particulier), ils n’ont jamais eu vocation à nourrir tout le monde : ils permettent soit de mettre plus de pesticides (que vend Monsanto bien sur !), soit ils resistent à des insectes. les études montrent qu’ils y a un risque sanitaire potentiel (foie et rein). Ces OGM n’augmentent en aucun cas le rendement à l’hectare, ni ne permettent de moins épuiser le sol, ni ne permettent de cultiver une plantes dans un espace qui n’est pas celui d’origine.

Faut-il rejetter absolument la technique OGM ? je ne le pense pas. Si par modification génétique, on arrive à faire un riz qui n’a besoin que de très d’eau, idem pour les autres céréales, sans toucher à la qualité nutritionelle de ces dernières, pourquoi s’en priver ??? Si sur un hectare, vous arrivez à faire 20 quintaux de blé au lieu de 10 avec une plante qui demande la même quantité d’élément nutritif. Que ce surplus vous pouvez en faire du bio carburant (ethanol à partir de l’amidon), pourquoi s’en priver ? Il n’y a aucune raison valable du moment que le paysan conserve le droit d’utiliser ses propres semences (le danger est de soumettre le paysan à l’obligation de se fournir toujours chez le même semancier). Il ne faut pas non plus écrter les recherches sur l’utilisation du sol (particulièrement sur ce que l’on appelle le semi direct). Là est l’importance primordiale de la recherche publique sur le sujet.

Pour ce qui est des biocarburants, je pense que l’on tombe de plus en plus dans le même obscurantisme que pour les OGM. La question n’est pas à mon sens « pour » ou « contre » mais « comment » ?

Outre les carburants de premières génération (huile et ethanol), la recherche est avancée sur les techniques dites linéo-célluloniques (matière première tirées des fibres et de l’amidon d’une plantes : bois, paille, etc.). Outre de l’énergie (diesel dit Fischer Torch), on retire aussi des d’autres matères premières (acide, plastique avec l’amidon, etc). Il ya aussi une amélioration de la technique de la gazéification (on fait du charbon de bois puis on en fait du gaz liquide qui remplace le gaz tiré du pétrole. Ce n’est que l’amélioration de ce qui se faisait pendant la 2nde guerre mondiale et les techniques sont prêtes.

Il ne s’agit pas d’utiliser les biocarburants en remplacement total des carburants issus du pétrole (sinon, il faut faire pousser des céréales jusque dans les trou de nez des personnes), ils permettent une consommation locale et en circuit court (une collectivité locale ou une entreprise qui passe son parc auto en biocarburants va utiliser les productions locales), cela commence à se faire d’ailleurs un peu partout en France.

Enfin, on ne peut pas comparer l’émission de CO2 dun diesel classique et celle d’un biodiesel : l’un fait du déstokage de carbonne (carbonne stocké dans le pétrole sous terre et qui se retrouve dans l’atmosphère en plus de ce qui est déja présent, ce qui renforce l’effet de serre), l’autre ne fait qu’émettre la quantité de carbonne que contenait une plante et qui pourra être réabsorbée par une autre plante. Le biocarburant a un bilan carbonne nul alors que l’autre n’en fait que rajouter dans l’atmosphère.

Bonne journée.


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès