• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de Gollum

sur Les vases communicants du bien et du mal


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Gollum Gollum 12 avril 2013 09:51

J’ai lu Guénon, il y a vingt ans, quand j’en avais trente. J’ai été amené à lui par Henri Montaigu, que je connaissais alors. 

Pas encore lu Montaigu qui fait partie de ceux que je souhaiterai aborder mais je suis un peu surchargé là...

J’ai relu « La crise du monde moderne » pour écrire ce livre, « Apocalypse du Progrès » et j’ai été déçu. 

La crise du monde moderne est juste une introduction. Le règne de la Quantité est bien meilleur et l’on voit mieux dans ce deuxième opus la différence de mentalité entre la moderne et la traditionnelle.

D’abord parce que l’Islam a évolué depuis lors, et pas dans la bonne direction, celle des « soufis » comme Guénon, mais dans celle du fanatisme. 

Ben ça c’était prévu la dégradation de l’Islam. J’ai trouvé cela sur le web : Le Prophète a dit :
Les gens connaîtront une époque où leur dieu sera leurs ventres, leur qiblah (direction de la prière) leurs femmes, leur religion, leurs dinars, leur honneur leurs marchandises. Il ne restera de la Foi que son nom, de l’Islam que son dessin (sa forme), du Coran que sa leçon. Leurs mosquées seront bien construites, mais leurs cœurs en ruine sur le plan de la guidance,.
Cité par Jâmi’ al-Akhbâr

Mais de toute façon Guénon fait très rarement référence à l’Islam dans ses ouvrages. Il oppose simplement deux mentalités, la mentalité traditionnelle et la mentalité moderne.

Quant à la prétendue conversion de Guénon à l’Islam, mise en avant par les musulmans, elle n’a jamais existé, même si celui-ci a fini sa vie auprès d’un maître soufi au Caire. Il l’a dit textuellement : « Nous ne nous sommes jamais converti à quoi que ce soit ». Sa position étant une position hors confession et tournée vers le cœur des différentes confessions religieuses qui pour lui est un socle commun. Autrement dit il aurait tout aussi bien pu terminer sa vie auprès d’un sage Indien.

Or il faut, de temps à autres, juger un arbre à ses fruits.

Oui, bien d’accord. Hors le propre de la pensée de Guénon est qu’elle unifie en parvenant à l’essence de la doctrine par delà la diversité des formes religieuses et qu’elle explique beaucoup mieux que toute autre pensée les caractéristiques du monde moderne.


Ensuite, je me suis plongé dans toutes conceptions cycliques de l’Histoire, pour essayer de comprendre mon objet, le Progrès (y compris Joachim de Flore et O. Spengler ainsi que celles des Anciens, grecs et romains). Toutes ces théories ont leur part de vérité (elles s’inspirent de la vision de la nature et elles expliquent bien des choses sur la chute des empires). Mais au bout du compte, elles ne nous donnent pas de clé sur cette étrange civilisation qui est la nôtre, précisément non cyclique, vivant dans le « temps orienté » de la Bible et de Saint Augustin, et qui, pour le meilleur et pour le pire, a dominé la planète.

Pas vraiment d’accord là-dessus. M’enfin bon...

Au contraire, toute la « civilisation » occidentale (notons ici qu’elle se dénomme elle-même occidentale c’est à dire caractérisée par l’ouest la direction même de la montée des Ténèbres et dont les USA sont la quintessence) a pour caractéristique la montée progressive du matérialisme, du mécanisme (réduction du Vivant à des objets), du rationalisme (valorisation totalitariste de la Raison comme seul critère exclusif de vérité ce qui entraîne une vue borgne des choses) avec un vécu de temps de plus en plus resserré alors que l’esprit traditionnel insiste lui sur l’instant présent, porte de l’Éternité. Bref, le temps échappe de plus en plus à l’homme moderne.

Enfin mise en avant de la notion de Progrès qui n’est rien d’autre que la doctrine des cycles, mais mise à l’envers, puisque celle-ci dit exactement le contraire : qu’il y a au contraire involution et dégradation progressive des choses. Et d’en faire une caractéristique linéaire alors que la Tradition voit des cycles partout. Là aussi, inversion.

J’en profite pour dire que l’inversion est la caractéristique centrale de tout ce qui est satanique.

De telle sorte qu’il suffit bien souvent, de prendre les traits modernes, et de les inverser à leur tour pour retrouver le sens authentique des choses.

C’est d’ailleurs ce qu’a fait Guénon tout au long de son œuvre et bien mieux que les représentants d’Église, dont le discours, totalement inefficace, n’intéresse plus personne...
Raison pour laquelle d’ailleurs on accorde encore un certain crédit aux Églises.. Le système sait pertinemment qu’il n’y a pas de véritable danger de ce côté là, le discours métaphysique des confessions chrétiennes étant profondément dégradé. Il n’en reste pas moins que ces Églises sont assises sur une spiritualité authentique qu’il s’agira à terme de détruire aussi...

Je me permet de vous renvoyer vers l’introduction de mon livre, publiée sur le site In Libro Veritas (adresse donnée en fin de cet article), en espérant que nous pourrons approfondir ce dialogue.

Pas eu le courage d’aller voir cette introduction (manque de temps) mais nous pouvons continuer ici sur Avox. Cordialement.

Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès