• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de jack mandon

sur Ballade en quête de liberté


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

jack mandon jack mandon 4 août 2013 04:10

Alinea,

j’ai l’impression de voler, pas très haut il est vrai mais l’effet enivrant est le même
sur mon petit tapis, au dessus de miasmes invraisemblables ; j’espère juste
que je n’y tomberai pas ; j’ai idée qu’on étouffe là dans d’atroces souffrances !

Tu traduis bien ce que je sens aussi. L’enfer n’est pas un vain mot.

C’était une évocation poétique et philosophique, certes très modeste,
ballade en quête de liberté dans les cahiers et les rêves d’enfants.
Une forme de promenade initiatique. Alors bien sur, il fallut affronter
les nuits et les jours, la lumière et l’ombre...l’espérance déçue.
Un monde infâme, informe...les bas fonds, la négation du sensible.
La négation du sensible, c’est pour moi le sommet,
car c’est la négation de mon existence même.
Je citais Pasolini dans sa vision du fascisme, là je l’ai rencontré.

Les peurs viscérales se traduisent en projections infâmes.
C’est ainsi que des collectivités grégaires se constituent.
Cela devient l’enfer de Jérôme Boch, inquiétant et violent.

Mais attention petite soeur cela ne nous concerne pas.
C’est du grand guignol aux icônes aussi vides que ridicules.
On peut s’interroger sur leurs présences...ombres égarées ?
La libération suprême, c’est le lâché prise et la confiance.
Bonne nuit petite soeur.


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès