• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de un_passant

sur Les chercheurs français cherchent-ils ?


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

un_passant (---.---.217.127) 19 février 2007 22:02

Pour avoir un ami en thèse de chimie et avoir moi-même été étudiant en université, il y a quelques petites choses de presque certaines.

1. Problème de financement des thèses (elles durent trois ans et trop souvent sont financées par année, par moitié par un organisme d’état, CNRS en tête, par moitié soit par des bourses ministérielles, étrangères pour les étudiants bénéficiant d’un programme d’échange etc.) En bref, déjà là il y a un joli bazar dont les responsables sont bel et bien politico-administratifs.

2. Pour les labos proprement dit : trop de labos avec peu de personnes, avec autant de dilution des moyens, sauf pour certains labos demandant de vrai programmes cadres (comme les labos du CERN, les accélérateurs de particules, mais là encore, c’est loin d’être idyllique question financement et toujours autant de paperasserie)

3. Les querelles de clocher entre les directeurs de labos, certains ont vraiment la grosse tête (voir comment sont traité les chercheurs non politiquement corrects).

4. La dispersion des centres de recherche et des organismes CERN CNRS CEA Inserm etc. auxquels il faut rajouter certains labos universitaires au statut bancal (voir plus haut le cas des thèses, en général, même si le directeur est rattaché... le problème n’est pas résolu pour autant) ou les labos de Grandes Ecoles (il y en a) avec leur propre statut.

5. Incompréhension de la recherche de la part des entreprises et réciproquement (manque de relations, ne serait-ce que pour offrir des débouchés aux étudiants, sauf ceux issus d’écoles d’ingénieurs qui bénéficient des réseaux d’anciens élèves).

Si vous rajoutez à cela les enseignants-chercheurs qui doivent donner des cours en ex-DEUG (alors qu’il vaudrait mieux, jusqu’à la Licence avoir des enseignants à temps plein et le statu mixte pour après, lorsque l’enseignement devient objectivement pointu), ce qui leur fait souvent gaspiller leur temps, je vous laisse deviner l’usine à gaz que tout cet ensemble génère.

Sans compter qu’au final pour certains chercheurs, la conséquence est un placard où vous êtes rémunérés pour pas grand chose en attendant la retraite...

La fait est que le problème est tellement complexe que l’on peut se demander par quel bout le prendre ; à mon sens, avant de financer plus, peut-être faudrait-il rationaliser un chouïa..


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès