• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de hugo BOTOPO

sur L'Europe, une superpuissance qui s'ignore ?


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

hugo BOTOPO 4 septembre 2013 14:52

Cet article est du politiquement convenu : merci pour l’optimiste.
Parmi les erreurs, l’italie n’est pas en déficit structurel comme la France, même si sa dette publique est très importante : hors intérêts de la dette, avec des taux de l’ordre de 6%, le budget italien est équilibré et positif ; la France, reste en déficit structurel. Avec des taux faibles de 2% comme en Allemagne et en France, l’Italie serait dans les clous de Maastricht !

Une grave erreur partagée avec tous les moutons bêlant dans les médias consiste à prétendre trouver dans une démographie croissante une solution aux problèmes économiques : le Japon et l’Allemagne sont en déficit démographique naturel (1,4 enfants par femme) et en excellente situation pour le plein emploi (3 à 4% au Japon avec une immigration proche de zéro et 6% en Allemagne avec une immigration complémentaire et des allocations familiales très faibles) ; la France, en dehors d’un coût élevé pour les familiales et pour l’enseignement a depuis longtemps un supplément annuel de naissances sur les décès de l’ordre de 300 000 : c’est l’accroissement annuel du chômage ! logique en période de stagnation économique et de gain de productivité ; les immigrés nouveaux sont en nombre supérieur aux expatriés français pour raison économique. Sans l’accumulation des excédents de naissance depuis des décennies, le nombre de chômeurs serait fortement réduit, les dépenses d’allocations chômage également, les dépenses sociales (RSA, CMU ; trou de la Sécu) et budgétaires (enseignement, familiales) seraient réduites et les charges salariales et les impôts en diminution constantes : c’est ce que veulent les aboyeurs pourfendeurs des charges publiques.

Quant au Parlement européen, seul lieu d’expression des citoyens européens, encore aux mains des éclopés des suffrages nationaux, il ne tient qu’aux citoyens de présenter de vrais députés défendant la belle idée européenne ; rien ne leur interdit d’interférer dans les processus de décision européens en plus de voter le budget et de retoquer des candidats à certains postes de responsabilité (commissaires et représentants dans les agences). Le PE peut voter des résolutions que les organes décisionnels de la commission et des pays membres auront du mal à justifier la transgression : par exemple imposer la fixation d’un salaire minimum dans chaque pays membre par chaque gouvernement, tout en justifiant le niveau adapté à une vie décente ; demander un échéancier pour chaque pays pour réduire les inégalités de charges sociales et fiscales, ceci dans le but de soutenir le paradigme des traités : la CONCURRENCE LIBRE et NON FAUSSÉE entre les économies des pays membres. Et il y a une réserve d’initiatives à voter et promouvoir par le PE dans le respect des prérogatives de Lisbonne. ALORS, les sceptiques et les râleurs,AU BOULOT DÉMOCRATIQUE.


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès