• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de Emile Mourey

sur Du repas essénien de Bibracte à la Cène de Léonard de Vinci (suite)


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Emile Mourey Emile Mourey 21 septembre 2013 10:03

@Antenor

Merci, Antenor ; si tous les intervenants d’Agoravox étaient comme vous, il y a longtemps qu’on aurait remis de l’ordre dans les origines de notre histoire face, il faut bien le dire, à la mauvaise foi des archéologues du mont Beuvray et à l’incompétence du ministère de la Culture. Normal, ce triton/salamandre de Saint-Amant. Comme je l’ai écrit, Saint-Amant, étant au pied du Crest, à la naissance du lac disparu, fut, en toute logique, la première ville des Arvernes avant Clermont.

Merci, aussi, pour votre information sur Léonard de Vinci qui est venu en reconnaissance au pied de Mont-Saint-Vincent où nous situons Bibracte. Sinon, nos détracteurs auraient encore prétendu que le rapprochement que je faisais entre son bas-relief et la Cène de Léonard était encore un de mes fantasmes.

Bien sûr, je devrais me réjouir d’avoir déchiffré en quelques heures seulement la célèbre Cène de Léonard. Hélas ! C’est plutôt de l’accablement et du découragement quand je constate les égarements de mes contemporains et le brouillard de leurs cerveaux. On se fait des illusions sur notre soi disant intelligence. En fait, on ne l’est pas plus que les Anciens. Comment se fait-il, par exemple dans ce cas précis, que personne n’ait reconnu, dans la fresque, la tête de Salaï, que Thomas avait la tête d’un christ, que le personnage à l’honneur dans l’école d’Athènes était l’imposant personnage à l’ample manteau, Socrate etc... J’ai même l’impression que ceux qui, éventuellement, parcourent cet article ne le comprennent pas ; qu’il aurait peut-être fallu que je précise : voyez ! si je vous mets la tête de Salaï, de l’Aristote de Raphaël etc. , c’est pour que vous vous rendiez compte que ce sont les mêmes qui sont dans la fresque de Vinci. Non ! C’est à désespérer.

Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès