• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de egos

sur A quoi sert le QE (la planche à billets) ?


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

egos 16 novembre 2013 19:58

« et ds 1 moindre mesure uk »
plus qques coquilles et accords

@jason

belle reprise
« et maintenant s’enflamme »
doit on par là entendre une allusion au réchauffement climatique, conflits dits régionaux, la montée des tensions et du nationalisme, l’ensemble ?
il semble toutefois que tout n’ait pas encore éte consommé, disons largement entammé, la planète, les consciences, l’imaginaire et qd bien même in ne resterait rien ...

La lecture de votre profil n’autorise aucun doute quant à vos connaissances de l’incidence des modèles financiers tenus pour axiomes par les acteurs du capitalisme industriel,

ceux-ci s’en sont accaparé, pour le meilleur profit des + méritants

les citoyens consommateurs le réalisent à travers le renouvellement accéléré de articles conjuguant obsolescence programmée et intensification des facteurs de représentation par l’objet, les modes de consommation et de distribution (internet, logistique, transactions bancaires)

les salariés exposé aux critères de rentabilité-productivité mesurables , tacés et « reportés », de retour sur investiissement (2 mois voire moins pour 1 unité de production de commodités en Chine, combien en Malaisie, Bulgarie, Turkie, combien demain)

à l’extrémité supérieure de l’échelle de « valeur » des « main d’oeuvre » des qualifications et compétences exceptionnelles recrutées à l’échelle mondiale, tjrss elon es critères de sélection et ed concurrence croissants

ceci pour relativiser le concept d’économie réelle noyée elle aussi d’irrationnel : outils de communication (i- ou smartphone aux coût stratosphériques, volume de vente idem etc ) parc automobile sidéral (en qtté, cylindrée, croissance) pour une utilité discutable,
surconsommation alimentaire accompagnée d’un gachi autant gigantesque que masqué

le capitalisme industriel ne peut concurrencer son rival financier, une opération de spéculation, produits dérivés, opérations immobilières, matières premières disqualifient,à qqes exceptions près tout projet d’investissememnt productfl pour peu que le cadre le permette, le Brésil durant sa phase d’hyper inflation en a fait l’expérience.

La France, ses banques, élites poltiques, adminstratives, culturelles ont fait le choix du modèle anglo-saxon sans toutefois avoir clairement évalué les atouts requis pour être admis à la salle de jeux.

Ns en mesurons aujourd’hui l’impact des décisions prises par notre classe dirigeante ( marquée par 1 fort préjugé cumlturel) après avoir constaté durant qques décennies les ravages causés à notre industrie,

devons ns alors nous étonner du climat de tension croissant avec notre voisin d’outre-rhin ?




Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès