• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de Robert Branche

sur Seuls des hommes nouveaux pourront générer le sursaut nécessaire


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Robert Branche Robert Branche 28 janvier 2014 06:13

Tout d’abord merci d’avoir mon livre « Les mers de l’incertitude », et de l’avoir apprécié.

Venons en à vos remarques sur mon article.
Premièrement, il m’est impossible en un seul article d’expliquer aussi précisément ce que je pense que dans un livre ! Donc cet article est forcément incomplet et quelque peu superficiel, même si j’ai essayé de dire quelques points essentiels selon moi. Si vous en avez le temps - et bien sûr l’envie -, je vous conseille de lire mon dernier livre « Les radeaux de feu » qui prolonge mon livre précédent, et en fait parle non seulement de l’entreprise, mais bien de la société en général.
Je suis en train de m’engager significativement en politique, parce que je crois que l’on ne peut plus être spectateur… d’où cet article.
Maintenant quelques commentaires sur vos différents points :
1. Non, je ne crois pas que les vraies évolutions viennent d’une poignée d’hommes, mais bien d’évolutions systémiques. Le plus souvent ce que nous attribuons à tel ou tel homme, est une forme de cristallisation qu’il a provoqué, voire simplement le fait qu’il s’est trouvé au moment où l’événement se produisait. Tel est d’ailleurs le fond de la pensée asiatique. Je sais que ceci est très troublant pour notre pensée occidentale qui surpondère l’impact individuel… 
Plus les phénomènes de réseau se développent (ce qui est le cas avec internet), plus cette dimension collective prend le pas (c’est un des points que je développe dans mon dernier livre). D’où ma question sur la place de l’individu et de sa liberté dans un tel monde…
2. Evidemment cet article n’engage que moi, et est un avis personnel. Il est nourri de mes lectures, de nombreuses discussions avec pas mal d’acteurs de premier plan tant politique d’économique.
Je ne prétends pas à l’exhaustivité, et le fait que je ne parle pas de quelque chose ne veut pas dire que je suis opposé. Pour ce qui est du plan Europe 2020, je ne le connais pas, et ne peux donc pas dire ce que j’en pense.
3. Effectivement je crois que Cameron et Merkel font fausse route. De même Obama et Bush avant. Tous pensent « résoudre la crise » en abaissant le coût du travail des plus pauvres, ce qui creusent les inégalités. Ils sont ainsi en train de creuser un fossé croissant au sein de leurs pays, fossé qui peut conduire à une explosion.
La commission européenne est elle plus partagée, mais est essentiellement du même avis. 
Tout ceci vient du fait, je crois, d’une erreur profonde d’analyse et de compréhension sur la transformation en cours.
Je n’ignore rien de cela, et j’ai juste choisi de ne pas en parler dans cet article (sinon ce serait devenu un essai !). Même si cela paraît utopique, je suis persuadé que l’on peut le changer, à condition de commencer ici et maintenant.
D’où mon appel à la fin à des hommes nouveaux et des engagements personnels. C’est ce que je fais depuis plusieurs mois, pour l’instant discrètement et « en privé », et très prochainement publiquement.

Quant aux solutions :
- Sur le mille-feuille administratif, je suis précisément en train de mener une analyse approfondie, qui conduira à des propositions concrètes et détaillées le moment venu. Sachez simplement que je suis certain que le chiffre d’économies de 15 Mds € annoncé par René Dosière sous-estime fortement les économies potentielles.
- Sur les solutions plus spartiates, non ce n’est pas un milliard d’économie qui doit être visé, mais plusieurs dizaines de milliards. Je suis actuellement au coeur d’un travail collectif, mobilisant des dizaines d’experts, et tout sera chiffré précisément, ainsi que les moyens à mobiliser pour le mettre en oeuvre. Là encore le travail est en cours, et il est encore trop tôt pour en parler.
- Sur l’impact monétaire, et des taux d’intérêt, il est vrai que c’est un sujet central. Mais la France aura d’autant plus de poids sur ce sujet qu’elle arrêtera d’augmenter sa dette et commencera à la rembourser effectivement, ce qui renvoie aux deux points précédents.
Mon article avait donc seulement vocation - pour l’instant - de donner un cap et d’appeler à la mobilisation de tout un chacun.

Bref, je compte dans les mois et les années à venir, non plus naviguer seulement sur les mers incertaines du management des entreprises, mais bien aussi de celui de nos sociétés, et donc de la politique...


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès